Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de Génération identitaire

·1 min de lecture

Le Conseil d'Etat a estimé lundi que la dissolution du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire était "proportionnée à la gravité des risques pour l'ordre public et la sécurité publique résultant des activités de l'association" qui avait contesté via un référé-suspension sa dissolution décrétée en mars. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui avait engagé la procédure de dissolution a salué lundi soir dans un tweet un "constat clair" du Conseil d'Etat. 

Génération identitaire tend à "justifier ou encourager la discrimination" selon le Conseil d'Etat

La porte-parole de Génération identitaire (GI) Thaïs Descufon a de son côté dénoncé une "décision politique". "Ce n'est pas une surprise, on avait peu de chances que notre requête soit entendue mais ça n'en reste pas moins scandaleux", a-t-elle réagi auprès de l'AFP.  Vendredi, l'association avait contesté devant le juge des référés sa dissolution, décrétée le 3 mars et justifiée selon le gouvernement par l'"incitation à la discrimination, à la haine et à la violence" et la "volonté d'agir en tant que milice privée". 

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un constat que rejoint le Conseil d'Etat. "Cette association, sous couvert de contribuer, selon ses dires, au débat public sur l'immigration et ...


Lire la suite sur Europe1