Le Conseil d'État somme l'Intérieur de comptabiliser la Nupes dans ses nuances politiques

Jean-Luc Melenchon photographié le soir du 10 avril, premier tour de l'élection présidentielle (illustration) (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)
Jean-Luc Melenchon photographié le soir du 10 avril, premier tour de l'élection présidentielle (illustration) (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

Jean-Luc Melenchon photographié le soir du 10 avril, premier tour de l'élection présidentielle (illustration) (Photo: Sarah Meyssonnier via Reuters)

POLITIQUE - La Nupes crie victoire. Ce mardi 7 juin, le Conseil d’État demande au ministère de l’Intérieur de considérer la Nupes comme “une nuance politique” à part entière, au lieu de trier les candidats par appartenance partisane (LFI, EELV, PS, etc.) comme cela était initialement prévu, au grand dam des intéressés qui accusaient le gouvernement de vouloir “effacer” la coalition des résultats.

“Face à la décision du ministre de ne pas regrouper, sous une nuance unique, les partis politiques ayant créé la coalition de La Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), ces derniers ont saisi le juge des référés du Conseil d’État”, peut-on lire dans le compte-rendu cette décision de justice.

Le juge des référés du Conseil d’État estime “que l’absence de comptabilisation sous une nuance unique, des suffrages portés sur les candidats de la Nupes est susceptible de porter atteinte à la sincérité de la présentation des résultats électoraux”, raison pour laquelle il “enjoint au ministre de l’Intérieur d’inscrire avant le 10 juin 2022 la Nupes dans la grille des nuances pour les candidats aux élections législatives, afin d’assurer une présentation sincère des résultats des scrutins des 12 et 19 juin prochains”.

Un désaveu pour le gouvernement qui fait le bonheur de Jean-Luc Mélenchon. “Darmanin et Macron doivent cesser leurs bidouilles et manigances”, a immédiatement réagi le chef de file de la France insoumise après cette décision.

“Il faut dire que la manœuvre était grossière et profondément malhonnête.
Honte à ce gouvernement qui utilise tout les stratagèmes pour museler le débat politique”, a renchéri la députée de Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain. Selon une circulaire publiée lundi 16 mai par le ministère de l’Intérieur, la Nupes  “réunit des candidats investis de manière indépendante par les partis associés à cet accord”, ce qui “tend à démontrer la volonté pour ces candidats de rester attachés à leur parti d’origine”.

“Ces partis se présentent de manière indépendante, comme en attestent notamment les associations déclarées au titre de l’aide publique et de la campagne audiovisuelle”, ajoutait-elle. Une justification qui n’a pas convaincu le Conseil d’État, et qui oblige aujourd’hui la Place Beauvau à revoir sa copie. “Le ministère de l’Intérieur prend acte de la décision du Conseil d’État sur le nuançage des candidats aux élections législatives. Il procédera à la modification de la grille des nuances afin de créer la nuance Nupes”, a sobrement réagi le ministère dirigé par Gérald Darmanin.

À voir également sur Le HuffPost:  Mélenchon fustige le nouveau gouvernement mais épargne Ndiaye

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles