Conséquences des canicules à répétition dans le monde du travail

© AFP/Romain Perrocheau

Il va faire chaud, très chaud en Europe cette semaine du 11 juillet. Ces épisodes de chaleur, liés au changement climatique, se multiplient touchant notamment les travailleurs. Un rapport de l’Institut syndical européen révèle qu’aucun pays-membre n'a encore pris la mesure réelle de l'impact des hausses de températures sur la santé, la sécurité, le bien-être et la productivité de la population active européenne.

Avec notre correspondant à Bruxelles, Jean-Jacques Héry

En milieu professionnel, on en connaît les effets les plus visibles, c'est le fameux « coup de chaud ». Des insolations ou des déshydratations qui touchent le plus souvent les professions qui amènent à travailler à l'air libre.

Le rapport de l'Institut Syndical Européen estime d'abord qu'au fil des ans, de plus en plus de métiers vont être soumis au stress thermique au gré de la multiplication des épisodes caniculaires.

Les livreurs à vélo, par exemple, ou encore des professions qui exigent le port d'un matériel de protection, difficile à supporter lorsqu'il fait 38 degrés. Par ailleurs, peut-on y lire, la chaleur répétée va venir augmenter les effets de certaines maladies cardiovasculaires et respiratoires. Conséquence immédiate : une baisse de la productivité car, évidemment, les travailleurs exposés devront multiplier les pauses.

Pour toutes ces raisons, il faut que les pouvoirs publics et les entreprises prennent conscience des changements durables en cours et qu'une législation voit le jour pour y répondre, explique l'auteur du rapport, Claudia Narocki. Elle est sociologue, spécialiste des conditions de travail et de leurs effets sur la santé : « Les politiques contre le stress thermique doivent s'intéresser (et s'adapter) à l'intensité du travail, mais le plus important est de faire que les entreprises se préparent à la protection des travailleurs. Il faut qu'il y ait un cadre spécifique pour faire face à ces problèmes. Les entreprises doivent être prêtes à continuer à garantir la santé et la sécurité au travail ».

Et la sociologue conclut : « Je risque de me répéter, mais ces épisodes caniculaires n'ont plus rien d'exceptionnel, cela va recommencer, on le sait, il faut donc nous y adapter ».

À lire aussi : Climat : des vagues de chaleur intenses attendues en France et dans l’ouest de l’Europe

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles