"Une consécration" : pourquoi Eric Dupond-Moretti a accepté d'être ministre

·1 min de lecture

Le 7 juillet dernier, le gouvernement Castex créait la surprise avec la nomination d’Eric Dupond-Moretti comme ministre de la Justice. Un an auparavant, le célèbre avocat, que l’on surnomme l’ogre des assises, n’imaginait pas obtenir un tel poste. Invité sur le plateau de LCI le 15 avril 2018, le garde des Sceaux avait même fait part de son refus catégorique si le Premier ministre lui proposait de remplacer Nicole Belloubet. « Si on vous proposait un poste de ministre de la Justice, vous l’accepteriez ? » avait demandé la journaliste Audrey Crespo-Mara. Le compagnon de la chanteuse canadienne Isabelle Boulay ne bottait pas en touche. « Non ! C’est sûr ! Vous voulez que je vous le signe ? » avait-il répondu, sans la moindre hésitation, avant de se justifier : « D'abord, personne ne me le proposera ! Ce serait un bordel ! Personne n'aurait jamais l'idée sotte, totalement saugrenue, incongrue, invraisemblable de me proposer ça. Et moi, je n'accepterai jamais un truc pareil. »Ne jamais dire jamais. Le ténor du barreau occupe, désormais, le poste qui le débectait. Alors, quel argument aurait pu faire pencher la balance ? Au micro d’Europe 1, ce 29 octobre 2020, Hervé Temime, l’un de ses confrères, a expliqué pourquoi le principal intéressé a accepté de devenir ministre de la Justice. À l’instar de Robert Badinter, « qui fait une carrière d’avocat exceptionnelle et qui devient garde des Sceaux », Eric Dupond-Moretti ne pouvait qu’imiter « le Graal ». « Contribuer à l’amélioration (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Juan Carlos : pourquoi il culpabilise de la mort de son frère
Flashback - Sylvie Vartan s’est enfuie aux Etats-Unis après une infidélité de Johnny
Une épidémie "hors de contrôle" ? Gérald Kierzek corrige Emmanuel Macron
Le saviez-vous ? Ibrahim Maalouf a épousé une ex-candidate de The Voice
Emmanuel Macron : la sortie de route d’Arnaud Montebourg qui a lancé son ascension