Conjuguer télétravail et garde d'enfants, un mélange des genres à s'arracher les cheveux

Marine Le Breton et Esther Suraud
·2 min de lecture
Man doing telework and reconciling family life (Photo: La Bicicleta Vermella via Getty Images)
Man doing telework and reconciling family life (Photo: La Bicicleta Vermella via Getty Images)

TÉLÉTRAVAIL - C’est reparti pour un tour. À compter de ce week-end, les mesures prévues pour endiguer l’épidémie de Covid-19 sont étendues à toute la France métropolitaine. S’il ne s’agit pas d’un confinement aussi strict que celui vécu en mars 2020, les crèches, écoles, collèges et lycéens vont toutefois fermer pour trois semaines, dont deux de vacances scolaires.

Pour les parents qui travaillent, cela signifie une chose: le retour du casse-tête de la garde des enfants. Car conjuguer télétravail et enfants à la maison est loin d’être un exercice facile, quoi qu’en pense le député LREM Bruno Questel, dont le discours relativisant la difficulté de la tâche sur le plateau de BFMTV a rendu furieux de nombreux parents.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Réussir à garder sa concentration sans être interrompu en permanence, trouver du silence, surveiller les plus petits, les occuper, penser aux repas... Même pour les télétravailleurs aguerris, ce mélange des genres relève de l’équilibrisme. C’est ce que note dans une série de messages sur Twitter ce père, qui a quinze ans de télétravail derrière lui, dont neuf avec des enfants.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

“J’ai deux garçons, 9 et 6 ans. Si je les laisse dans leur coin, ils vont regarder la télé, puis seront imbuvables. Si je leur interdis la télé, ils seront imbuvables et viendront me déranger toutes les 5 min chrono. Or mon métier c’est écrire et j’ai besoin de rester concentré”, explique-t-il. “Donc si je télétravaille en leur présence (ce que je fais souvent, car free-lance), ils sont super relous et ce n’est pas génial pour leur développement...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.