Congrès du RN: pour Marine Le Pen, "le gilet jaune qui s'abstient fait un seul gagnant, Macron"

·2 min de lecture
Marine Le Pen à la tribune ce dimanche à Perpignan - BFMTV
Marine Le Pen à la tribune ce dimanche à Perpignan - BFMTV

C'est sur un discours de sa présidente, reconduite dans la matinée dans ses fonctions par la proclamation du vote des adhérents, que le Rassemblement national a refermé ce dimanche après-midi son 17e congrès, tenu à Perpignan. Depuis la tribune, sur les coups de 15h, Marine Le Pen s'est voulu conquérante, se projetant déjà en direction d'un succès à la présidentielle. Projection qui s'est accompagnée d'une déploration: celle de la faible participation aux régionales, abstention dont elle a dénoncé les conséquences. "Le gilet jaune qui s’abstient ne fait qu’un seul gagnant : Macron", a-t-elle notamment affirmé. "Cette victoire, je vous le dis, nous irons la chercher", a toutefois promis Marine Le Pen aux militants et aux cadres réunis pour l'écouter.

"La bataille qu'on ne mène pas..."

En ouverture, Marine Le Pen a d'abord veillé à enterrer le débat sur la ligne politique suivie par le mouvement: "Nous avons su nous affranchir d'une immaturité politique peu compatible avec des ambitions nationales. Nous ne reviendrons pas en arrière. Malgré tout le respect que nous avons pour notre histoire, nous n'en reviendrons pas au Front national."

Mais Perpignan marquait une autre étape pour Marine Le Pen. Il s'agissait de sa première intervention publique depuis la déconvenue de son parti aux régionales, une défaite aux airs de déroute au vu des attentes nourries d'abord. La présidente du Rassemblement national, qui a confirmé qu'elle confierait l'intérim à son vice-président Jordan Bardella le temps de la campagne, a vu dans la faible participation au scrutin la genèse de ce désastre. "La bataille qu’on est sûr de ne pas gagner est celle qu’on ne mène pas", a-t-elle averti.

Marine Pen voit dans l'abstention "une évaporation civique"

Elle a pointé dans l'abstention la "marque d’une évaporation civique", qui "pénalise aussi celui qui s’abstient".

"Le gilet jaune qui s’abstient ne fait qu’un seul gagnant : Macron. Le retraité qui s’abstient se condamne à ne rien voir changer et va vers la misère. La victime qui s’abstient conforte son bourreau dans l’impunité", a-t-elle lancé.

Marine Le Pen, qui face à la presse dans la matinée, avait reconnu "une défaillance" dans la mobilisation de l'électorat par son mouvement au moment des régionales, et la perte d'une "dynamique" jusque-là "naturelle", s'est fixée un objectif: "Je veux revivifier notre démocratie moribonde car confisquée". Pour ce faire, elle privilégie deux outils: "l'initiative populaire" et la "proportionnelle". Dans la perspective de la présidentielle, elle a encore insisté devant son public: "Nous devons convaincre les Français de l’importance de ce rendez-vous qu’ils ne doivent manquer à aucun prix."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles