Congrès du PS : les trois candidats affichent leurs divergences sur la Nupes et l'alliance avec LFI

© OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

« Est-ce qu'on peut sortir de cette névrose obsessionnelle sur Jean-Luc Mélenchon ? ». Ce vendredi soir, sur France Info, les trois candidats au poste de premier secrétaire du PS - dont les premiers et deuxièmes tours auront lieu les 12 et 19 janvier - Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, ont affiché leurs divergences sur la Nupes et l'alliance avec LFI que le parti socialiste a rejoint juste avant le premier tour des élections législatives.

Un débat qui tourne au pour ou contre la Nupes

Grand architecte de cet accord, Olivier Faure a passé une grande partie de son temps à se défendre. « Ce n'est pas le congrès de LFI ici », a dénoncé à plusieurs reprises le Premier secrétaire sortant, avant de se monter particulièrement agacé quand sa rivale Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin et désireuse de quitter l'alliance, a assuré que Jean-Luc Mélenchon avait « théorisé l'apport des voix de l'extrême droite pour renverser le gouvernement » à l'Assemblée, sous-entendant que les députés socialistes avaient un temps laissé faire.

« Tu ne peux pas dire ce que tu dis là. Laisser penser que les socialistes aient pu se compromettre avec l’extrême droite », a répondu vertement Olivier Faure, se disant « agressé » et « en colère ». Ce spectacle a été jugé « affligeant » par le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol qui a estimé que « si on veut rassembler la gauche, on devrait déjà penser à se rassembler entre socialistes ». « On a le droit de se confronter », ...


Lire la suite sur LeJDD