Le congrès du PS a-t-il un intérêt?

Le premier secrétaire du Parti socialiste et député Olivier Faure prend la parole lors d'un débat sur une motion de censure déposée par des députés du Rassemblement national et de La France insoumise à l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 octobre 2022. | Geoffroy Van Der Hasselt / AFP
Le premier secrétaire du Parti socialiste et député Olivier Faure prend la parole lors d'un débat sur une motion de censure déposée par des députés du Rassemblement national et de La France insoumise à l'Assemblée nationale, à Paris, le 31 octobre 2022. | Geoffroy Van Der Hasselt / AFP

Le congrès du Parti socialiste (PS) se profile. Le parti semble davantage préoccupé par sa stratégie d'alliance que par les causes politiques qui l'ont mené en une décennie aux frontières du trépas. Il faut dire que cela fait longtemps maintenant que les débats au sein du PS ne sont plus dédiés au changement social mais au maintien de l'appareil et aux stratégies idoines, le tout dans une véritable débauche de citation des sujets à la mode (Europe, laïcité, transition écologique, etc.).

Cette fois, Olivier Faure sera confronté à deux oppositions: une dure menée par la maire de Vaulx-en-Velin, Hélène Geoffroy, et l'autre moins intransigeante menée par le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol. Au cœur de tout: «le curseur» dans la relation avec La France insoumise (LFI).

Olivier Faure, cause de tous les maux ou homme de toutes les causes?

Dans une vie politique dominée par l'hyper-personnalisation, la figure d'Olivier Faure cristallise jusqu'à l'excès la contestation interne au PS et les impasses de la Nupes. Faure a inscrit à l'origine son destin politique dans les pas de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, dont il fut proche au point d'accompagner le second en voiture lors de la passation de pouvoirs à Matignon en 2012.

D'Olivier Faure, ses détracteurs les plus implacables disent que sous sa direction le PS n'a jamais travaillé. Aucun travail intellectuel ni programmatique. Si l'homme est évidemment capable de mener un travail d'ordre idéologique, son goût immodéré pour la tactique et son souhait de ne pas s'encombrer davantage dominent.

Les volte-face des responsables sont souvent ressenties par les citoyens à un degré bien supérieur à ce qu'elles sont en vérité. Toutefois, celles d'Olivier Faure, soutien inconditionnel de François Hollande puis chef d'un PS refusant de voir les conséquence du traité...

Lire la suite sur Slate.fr.