Congrès de l'UICN : combien y a-t-il de microplastiques dans les océans ?

·2 min de lecture

Une mise en commun des résultats de milliers de prélèvements effectués dans les océans donne une évaluation plus précise de la pollution par les microplastiques.

Quasi invisibles à la surface des océans, les fragments de plastique posent un problème environnemental majeur. Une équipe internationale de chercheurs vient de publier une nouvelle évaluation de leur nombre et de leur masse à partir de 8.218 prélèvements par filets ou par échantillonnage effectués dans le monde, soit dix fois plus que la précédente étude datant de 2014 et couvrant les années 2007-2013. Les résultats viennent d’être publiés dans la revue 24.400 milliards de fragments de moins de 5 millimètres flottent à la surface de l’eau pour un poids estimé entre 82.000 et 578.000 tonnes.

L’espace entre les dents de la fourchette d’estimation de cette masse illustre bien la difficulté à mesurer de l’infiniment petit dans l’immensité des océans. "Les mécanismes de diffusion de ces minuscules morceaux sont extrêmement complexes et leur présence n’est pas homogène selon les régions marines", note François Galgani, chercheur à l’Ifremer et l’un des auteurs de l’étude. On pense notamment aux fameux gyres océaniques où les déchets se concentrent pour former un "septième continent" selon une image marquante. Ainsi, les méthodes mises au point pour approcher la réalité du phénomène mêlent différents critères : les courants et les vagues ainsi que la force des vents et les tempêtes en premier lieu, mais aussi la composition des fragments. Ceux que l’on retrouve en surface sont majoritairement des polyéthylènes et des propylènes plus légers que l’eau. Une formule mathématique a donc été mise au point pour estimer la distribution des particules dans la colonne d’eau des premiers mètres. L’étude souligne également un biais d’importance : 46% des prélèvements ont été effectués autour des Etats-Unis, dans l’Atlantique nord et en Méditerranée pour l’Europe et dans les mers du Japon. 5% seulement des études ont été menées dans l’Océan Indien et dans le Pacifique.

La pollution par les gros et petits déchets affecte toutes les profondeurs

Ce travail donne cependant l’image la plu[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles