Congrès LR : Éric Ciotti « sent une dynamique qui s’installe »

·2 min de lecture

Congrès LR : Éric Ciotti « sent une dynamique qui s’installe »

A quelques jours du congrès LR qui désignera le candidat à l’élection présidentielle parmi, Philippe Juvin, Xavier Bertrand, Michel Barnier, Valérie Pécresse et Éric Ciotti, le député des Alpes-Maritimes croit plus que jamais en ses chances.

D’abord parce que la puissante fédération de son département a enregistré un bond du nombre d'adhésions (9 010, dont 5 268 nouveaux depuis la rentrée (+ 141 %). Et puis parce que la précampagne d’Éric Zemmour patine sérieusement depuis quelques jours. « Les gens se rendent bien compte que si Éric Zemmour fait de bons constats, il n’a pas la stature d’un homme d’Etat. C’est bon pour nous », se réjouit l’un des soutiens d’Éric Ciotti à la sortie de la réunion de groupe hebdomadaire.

Et l’intéressé ne dément pas. « Je sens une dynamique qui s’installe. Je l’ai vu ce matin à la réunion de groupe où tous les parlementaires étaient présents. Il y a beaucoup de monde à mes réunions, beaucoup d’adhésions après le premier débat […] Moi, j’ai toujours été fidèle à ma famille, fidèle à mes convictions. J’ai toujours porté le message d’une droite forte qui assume son positionnement. Quand on parle vrai, en sincérité, on marque des points », veut croire Éric Ciotti.

Après Philippe Juvin, Xavier Bertrand, Michel Barnier, Valérie Pécresse, le député a clos la série d’auditions des candidats à l’investiture organisée par le groupe LR du Sénat. Le député n’a d’ailleurs pas manqué de vanter le travail de ses collègues de la chambre haute où les LR sont majoritaires. « Le Sénat a été à la fois un lieu de l’exercice du contrôle parlementaire vigilant, au travers les commissions d’enquête et un lieu de fabrique d’une loi responsable qui s’attaque aux vrais problèmes et qui s’oppose à l’immobilisme du gouvernement ».

Éric Ciotti en a profité pour essayer d’atténuer son image de candidat centré sur les questions de sécurité et d’immigration. « On a abordé (...) Lire la suite sur Public Sénat

La réforme de la PAC adoptée par le Parlement européen : les principales mesures d’une politique à 387 milliards d’euros

Budget : « Les Français ne sont pas les ravis de la crèche », ni « les dindons de la farce ! » tacle Retailleau

Tensions en Guadeloupe et en Martinique : « La verticalité du pouvoir », mise en cause par les parlementaires

Tensions en Guadeloupe : Jean Castex reste ferme et annonce la création « d’une instance de dialogue »

Gérard Larcher et Bruno Retailleau confirment que le Sénat va rejeter le budget 2022 avant la fin de son examen

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles