Etats-Unis: le Congrès dope l'armée

Ivan Couronne
Le capitole, siège du Congrès américain à Washington, le 28 avril 2017

Washington (AFP) - Les priorités de Donald Trump attendront. Le Congrès s'apprête à adopter un budget dopant la Défense, comme le réclamait le président américain, mais qui bloque d'autres priorités et interdit le financement, au moins jusqu'en octobre, du mur à la frontière mexicaine.

Majorité républicaine et opposition démocrate ont dévoilé lundi le fruit de plusieurs semaines de négociations, menées indépendamment de la Maison Blanche, afin de financer l'Etat fédéral jusqu'à la fin de l'année budgétaire 2017, soit jusqu'au 30 septembre.

La Chambre des représentants puis le Sénat devraient adopter ce texte avant la fin de la semaine, permettant d'éviter une fermeture des administrations centrales, celles-ci n'étant financées que jusqu'à vendredi soir à minuit.

La proposition de loi, longue de 1.665 pages, détaille 1.163 milliards de dollars de dépenses pour l'année, soit un peu moins du tiers de tout le budget fédéral, les deux autres tiers (dépenses sociales, retraite...) étant en pilotage automatique, sans que le Congrès ait à approuver les dépenses.

Sur ces plus de mille milliards de dollars, la Défense en obtient 598.5, soit une augmentation de 25,7 milliards ou 4,5% par rapport à 2016.

Mais les démocrates, dont les voix seront nécessaires au Sénat, ont eu gain de cause sur le projet de mur frontalier, auquel ils sont totalement opposés. Aucun dollar fédéral ne pourra être utilisé pour lancer le chantier. Ils en avaient fait une condition pour voter la loi budgétaire.

"J'attends de le voir demander au Mexique de l'inclure dans son propre budget", a ironisé la sénatrice démocrate Patty Murray, en allusion à l'engagement de M. Trump à envoyer la facture de la muraille à Mexico.

A la place, 1,5 milliard est prévu pour des investissements dans des technologies de sécurité à la frontière, des infrastructures tactiques et des remises à niveau. Aucune embauche d'agent d'immigration pour accélérer les expulsions n'est autorisée.

- Nouvelles négociations à l'automne -

Le budget de la Défense inclut de nouveaux avions, hélicoptères, drones et navires et une hausse de salaire de 2,1% pour les 1,3 million de soldats américains, ainsi que 150 millions de dollars en aide létale et non-létale à l'Ukraine.

"L'Amérique sera plus forte et plus en sécurité grâce à ce budget", a déclaré le président républicain de la Chambre, Paul Ryan. "Il correspond à l'engagement du président Trump à reconstruire notre armée pour le 21e siècle et à renforcer nos frontières pour protéger notre pays".

Les démocrates ont réussi cependant à éviter les coupes draconiennes réclamées par Donald Trump dans certains domaines.

Le budget du département d'Etat et de l'aide étrangère est épargné et stable, loin de la réduction de 28% réclamée par le président en mars - et inclut même un milliard de dollars d'aide d'urgence contre la famine dans plusieurs pays d'Afrique (Nigeria, Somalie, Soudan du Sud) et au Yémen.

Egalement dans le collimateur des conservateurs et de son nouveau directeur climato-sceptique Scott Pruitt, l'Agence de protection de l'environnement (EPA) sauve les meubles, avec une réduction de 1% de son budget.

Une myriade d'autres mesures est incluse, notamment l'ajout de 2.500 visas pour des interprètes afghans de l'armée américaine. Les démocrates ont aussi protégé les subventions liées à Obamacare et le financement du planning familial, et obtenu une aide financière pour l'île de Porto Rico.

Mais l'exclusion de tout crédit pour construire le mur à la frontière sud représente une véritable défaite pour le président américain, dont c'est l'une des promesses phares. A ce stade, seuls des appels d'offres ont été lancés auprès d'entreprises de BTP.

La vraie bataille du financement aura lieu pour le prochain budget, celui de l'année 2018, qui commencera le 1er octobre.

"Nous n'avons pas pu obtenir tout ce que nous voulions, mais nous ne sommes qu'à cinq mois du budget 2018", a temporisé Sean Spicer, porte-parole de la Maison Blanche.

D'ici là, l'ordre du jour politique se tourne vers une éventuelle nouvelle mouture de la loi d'abrogation d'Obamacare, et vers la réforme fiscale que les républicains et le président veulent adopter.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages