Congo : « Ce serait une hérésie d’annoncer une victoire au premier tour »

Propos recueillis par Agnès Faivre
·1 min de lecture
Testé positif au Covid-19, Guy-Brice Parfait, 61 ans, est mort en France lundi juste après son arrivée par avion médicalisé.
Testé positif au Covid-19, Guy-Brice Parfait, 61 ans, est mort en France lundi juste après son arrivée par avion médicalisé.

« Le mois de mars porte malheur aux Congolais. » Au lendemain de l'annonce du décès de Guy-Brice Parfait Kolelas, candidat à la présidentielle de ce dimanche 21 mars et député, cette petite phrase résonne à Brazzaville. Trois noms reviennent pêle-mêle pour valider la démonstration, et une année, 1977. Le 18 mars, pour Marien Ngouabi, président de la République (1969-1977), assassiné dans des circonstances troubles ; le 23 mars pour Alphonse Massamba-Débat, président de la République (1963-1968), envoyé peu après le décès de Marien Ngouabi au peloton d'exécution ; et le même jour pour le cardinal Émile Biayenda, ex-archevêque de Brazzaville assassiné après avoir été enlevé le 22 mars par des escadrons de la mort.

Guy-Brice Parfait Kolelas, surnommé « Paco », principal adversaire dans les urnes du président sortant Denis Sassou Nguesso. avait été évacué en urgence vers Paris lors du premier tour du scrutin présidentiel de ce dimanche. Le chef de l'Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki) est décédé au Bourget peu après son arrivée. Une enquête a été ouverte au parquet de Bobigny pour déterminer les circonstances de sa mort ? l'opposant avait été diagnostiqué positif au Covid-19.

Aucune réaction officielle n'a encore filtré à la suite du décès de Parfait Kolelas. Le gouvernement ne s'est pas non plus exprimé sur la façon dont cet événement, aussi imprévu qu'atypique, pourrait interférer dans le processus électoral en cours. Le président de la Commission natio [...] Lire la suite