Ce Congo que Denis Sassou Nguesso veut continuer à présider

Par Viviane Forson
·1 min de lecture
Maître incontesté du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, 77 ans, dont trente-six au pouvoir, aura jusqu'au bout mené campagne pour revendiquer le 21 mars un quatrième mandat dans un pays aux immenses défis.
Maître incontesté du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso, 77 ans, dont trente-six au pouvoir, aura jusqu'au bout mené campagne pour revendiquer le 21 mars un quatrième mandat dans un pays aux immenses défis.

À 77 ans, dont 36 au pouvoir, Denis Sassou Nguesso, candidat à sa propre réélection pour un quatrième mandat, ce dimanche 21 mars, ne ménage pas ses efforts pour convaincre, malgré l'usure du pouvoir et un bilan plus que mitigé. Jusqu'au bout, comme pour prouver à tous qu'il est encore en forme, celui que ses pairs africains surnomment l'Empereur, a fait de ce rendez-vous électoral une démonstration de force et avec des moyens totalement disproportionnés par rapport aux six candidats de l'opposition qui l'affrontent, faut-il souligner. Dans un paysage politique dépeuplé de challengers solides, déserté par nombre d'électeurs démobilisés, Denis Sassou Nguesso s'est même offert le luxe d'une campagne digitale de conquête des voix des jeunes à travers les réseaux sociaux. Pour enclencher ce virage numérique, le président-candidat s'est entouré d'équipes extérieures, autour du publicitaire français Frank Tapiro, très enthousiaste au bout du fil ce mercredi après-midi. Jamais, assure le communicant, il n'avait observé « une telle volonté de la part d'un candidat et de son entourage ». « 600 000 jeunes se sont connectés sur les trois réseaux sociaux (Facebook, Instagram et Twitter) pour exprimer leurs priorités », nous dit Frank Tapiro, qui est connu en France pour avoir travaillé sur les campagnes de Nicolas Sarkozy, mais aussi François Mitterrand auprès de Jacques Séguéla. « Loin d'un coup de com, le président-candidat a d'abord voulu écouter les thèmes qu'ils [...] Lire la suite