Congo : clap de fin d’une campagne éclair

Par notre envoyée spéciale au Congo, Agnès Faivre
·1 min de lecture
La campagne électorale, sans grand engouement, s'est terminée à Brazzaville pour Denis Sassou Nguesso et Bernard Kolelas, les principaux protagonistes de cette élection, avec quatre autres candidats. 
La campagne électorale, sans grand engouement, s'est terminée à Brazzaville pour Denis Sassou Nguesso et Bernard Kolelas, les principaux protagonistes de cette élection, avec quatre autres candidats.

Il est partout. Sur ces gros ballons blancs flottant dans les airs, les tee-shirts, les casquettes, les pagnes, les affiches. Seuls les drapeaux rouges du Parti congolais du travail (PCT), ornés du marteau, de la houe et des palmes, n'arborent pas l'effigie du président Denis Sassou Nguesso. Candidat à sa réélection ce dimanche après 36 années cumulées d'exercice du pouvoir, celui-ci clôt sa tournée à Brazzaville.

À LIRE AUSSIAfrique centrale : un problème avec la démocratie ?

À chacun(e), ses raisons de soutenir le candidat Sassou Nguesso

Terminus boulevard Alfred-Raoul, où, dès 11 heures, Gilberte, 54 ans, était déjà là. Assise sur un trottoir à l'ombre d'un acacia avec ses trois « mamans », elle se dit séduite par « ce que le président a promis aux femmes ». Comme l'agriculture. « Il a parlé de bio, sans produits chimiques. Moi je sais faire l'agriculture et je suis à la traîne (sans emploi), donc ça m'intéresse. » Des projets agricoles n'avaient-ils pas été déjà évoqués lors de la présidentielle de 2016 dans le cadre de la diversification économique ? « En tout cas, cette fois, il a dit qu'il allait être strict. »

À proximité de l'« Irrésistible », marchand ambulant de pop-corn, Anthony, barman de 31 ans, est plus hésitant pour motiver son soutien au président-candidat. Mais il retient l'inauguration (le 5 février dernier) de l'université Denis Sassou Nguesso de Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. « C'est bien pour nos petits jeunes, surtout s'i [...] Lire la suite