Congo-Brazzaville. Après trente-six ans au pouvoir, Denis Sassou-Nguesso en veut plus encore

Aujourd'hui au Faso (Ouagadougou)
·2 min de lecture

Ce dimanche 21 mars, les Congolais sont appelés à voter pour une présidentielle sans suspense. Denis Sassou-Nguesso, 77 ans, dont trente-six à la tête du pays, devrait l’emporter sans difficulté. Et face à l’appétit vorace de pouvoir de l’autocrate, les pays occidentaux restent silencieux, regrette cet éditorialiste d’Aujourd’hui au Faso.

Pendant que ses homologues d’Afrique de l’Ouest s’échinent pour un troisième mandat, Denis Sassou-Nguesso, lui, est devant ! Il fonce, épée au clair et moustache poivre-sel au vent, vers un quatrième mandat. Et il compte bien l’emporter.

Le 21 mars 2021 au soir, à moins d’un tsunami en terre congolaise du côté de Brazzaville, Sassou devrait être en train de boire son petit-lait, savourant un autre trophée sur son long chemin de règne. Trente-six ans ! Il peut figurer sans rougir dans le Guinness des records de longévité au pouvoir [le président congolais a été une première fois au pouvoir de 1979 à 1992, puis est redevenu chef de l’État en 1997]. Et ce n’est pas encore terminé, puisque si le quatrième mandat est acquis, les compteurs pourraient s’affoler. Si le Grand Barbu lui fait une bonne rallonge sur ses 77 printemps de vie, un cinquième mandat, pourquoi pas !

Il peut se permettre de le rêver. Parce que tout comme pour le maréchal guerrier tchadien Idriss Déby, qui vogue sur le tapis d’un énième mandat [après trois décennies au pouvoir, le président tchadien briguera lui aussi un nouveau mandat, le 11 avril], il n’y a pas grand monde pour vitupérer contre les appétits voraces pour le “méchoui de pouvoir” du président congolais.

À lire aussi: Congo. L’affaire des “biens mal acquis” rattrape les proches du président Sassou-Nguesso

Indignation sélective

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :