Congo-Brazzaville: plus de 80 000 personnes victimes des inondations au nord du pays

·1 min de lecture

Les inondations ont été provoquées par les pluies diluviennes qui s’abattent depuis juillet dans la partie nord du Congo. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé lundi un financement pour les premières distributions d’urgence. Le gouvernement vient de décréter l’état d’urgence humanitaire.

Avec notre correspondant à Brazzaville,

Ces inondations touchent six districts du département de la Likouala, soit une centaine de villages sur une superficie estimée à 515 kilomètres carrés. Dans cette zone, au moins 250 hectares de terres cultivables sont inondés, ce qui explique la rareté et la hausse des prix des produits de base.

Josias Gautier Massamouna, assistant aux programmes du Programme alimentaire mondial, vient de boucler une mission de terrain. « Si les choses restent en l’état où elles sont aujourd’hui, c’est-à-dire si les pluies diluviennes continuent et provoquent la sortie du fleuve de son lit, quand nous parlons de 83 000 personnes touchées, ce sera certainement 100 000 dans les jours qui viennent », a indiqué M. Massamouna à la presse.

Vu l’ampleur des dégâts le gouvernement a décrété l’état d’urgence humanitaire et appelé les partenaires à l’aide. Le PAM va débourser 1 million de dollars pour assister au moins 35 000 sinistrés, selon son représentant Jean-Martin Bauer.

« Ce montant d’un million de dollar permet de déclencher ce qu’il faut pour lancer la riposte. Mais, il faudrait beaucoup plus. Donc, ce qu’il faudrait, c’est que les partenaires prennent conscience de cet appel du gouvernement », a expliqué M. Bauer.

En février dernier, les autorités gouvernementales avaient affirmé que les inondations, enregistrées en 2019, avaient touché plus de 200 000 personnes sur l’ensemble du pays. Les villes de Brazzaville et Pointe-Noire n’avaient été pas épargnées.