Congo-B: un scrutin législatif et local dans le calme, mais de nombreuses faiblesses

La cinquantaine d’observateurs de l’Union africaine (UA) et de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) déployés le 10 juillet 2022 lors du premier tour des élections législatives, couplées aux locales, ont salué mardi 12 juillet un scrutin organisé dans le calme. Cependant, ils déplorent plusieurs faiblesses qui doivent être corrigées pour une meilleure organisation des scrutins à venir.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Ces observateurs ont organisé une conférence de presse conjointe dans un hôtel de la place. Intervenant en deuxième lieu, le chef de mission de la CEEAC, le Dr Gabriel Arcanjo Ferreira Da Costa, a relevé les difficultés constatées le jour du scrutin : « De manière générale, la plupart des bureaux de vote visités ont ouvert avec un retard relatif. Ce retard allait de 30 minutes à un peu plus de trois heures dans certains centres de vote. La mission a relevé qu’à certains endroits, les bureaux étaient installés aux domiciles des chefs de villages ou dans d’autres locaux inappropriés tels que les débits de boissons. »

Des imperfections

Le chef de la mission de l’UA, Kwesi Ahoomey-Zunu, dresse le constat des imperfections : « Nous avons fait observer qu’il y a des endroits où il y avait des anomalies ; qu’il y avait des endroits où les bureaux n’étaient pas ouverts à temps, des endroits où les bureaux de candidats n’étaient pas présents, des endroits le matériel n’a pas été disposé à temps. Ça veut dire que ce n’est pas tout blanc. Mais, globalement, cela s’est bien déroulé. »


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles