Le Congo-B change ses programmes scolaires pour faire évoluer la manière d'enseigner

Les enseignants et autres personnels d’encadrement sont en formation pour la maîtrise du maniement des nouveaux programmes éducatifs. Ceux qui étaient appliqués jusque-là, vieux de plus de deux décennies, sont désormais jugés caducs.

Les nouveaux programmes, qui seront appliqués dès la prochaine rentrée dans un mois, concernent les classes de CP1, CP2, 6e et 5e. Ils ont été élaborés grâce à un appui technique et financier de la Banque mondiale. Nouveauté : l’élève sera le centre d’intérêt plutôt que l’enseignant, selon le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, Jean-Luc Mouthou.

« Les anciens programmes vont aller au placard. Nous sommes dans un monde qui se modernise et où des nouvelles connaissances sont plus accessibles à l’heure actuelle aux apprenants. Dans les nouveaux programmes, on va situer et resituer l’apprenant dans son environnement le plus immédiat », explique le ministre au terme d’une cérémonie de lancement de ces nouveaux programmes.

Se focaliser sur l'élève

« Les exemples qui seront pris vont révéler du contexte et du niveau de vie de tous les jours, de l’apprenant. Ça sera bénéfique pour celui-ci de pouvoir accéder ainsi aux connaissances et aux compétences », ajoute-t-il. « Le contexte, l’environnement et la nouveauté, poursuit-il, doivent faire qu’à la limite, l’enseignement ne soit plus le centre d’intérêt essentiel dans la salle de classe, mais plutôt l’élève », détaille Jean-Luc Mouthou.

Il a indiqué que les équipes continuaient de travailler pour qu’après les classes de CP1, CP2, 6e et 5e, d’autres niveaux puissent être couverts dès la rentrée 2023-2024.


Lire la suite sur RFI