Congo-B : fin de la campagne pour les élections législatives

AFP - EDUARDO SOTERAS

Dimanche 10 juille, près de 2,9 millions d’électeurs vont élire leurs députés, conseillers locaux et municipaux, dans le cadre des élections législatives et locales. La campagne électorale qui a duré deux semaines s’est achevée cette nuit sans incidents majeurs.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

A pieds dans les quartiers les plus proches des sièges de leurs états-majors, à moto, en voitures et même en pirogue dans les coins les plus reculés du pays, les candidats aux législatives sont allés à la rencontre des électeurs.

A ces derniers, ils ont promis, outre le vote des lois à l’hémicycle, de rétablir de l’eau ou de l’électricité par-ci, une route ou une piste agricole par-là.

Autre constat, durant cette campagne, certains candidats de la majorité ont fait une démonstration de force en invitant des artistes et en distribuant des gadgets, malgré le fait qu’ils n'avaient pas d'adversaires dans leurs circonscriptions.

Le principal fait marquant de la campagne aura été le retrait d’un candidat du parti au pouvoir, le Parti congolais du travail, le PCT. Sa formation politique lui a reproché d’avoir tenu des propos tribalistes et haineux au cours d’un meeting.

Dans l’ensemble la campagne s’est déroulée sans incidents majeurs dans une bonne ambiance.

Présents dans les carnavals et autres rassemblements, les militants sont attendus dimanche dans les urnes. Des urnes qu’ils ont souvent désertées au cours des derniers scrutins législatifs. Le taux de participation sera donc l'un des enjeux majeurs.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles