Congo-B: les défis d'Evelyne Tchitchelle, première femme élue maire de Pointe-Noire

Evelyne Tchitchelle est la nouvelle figure à la tête du conseil municipal de Pointe-Noire, ville côtière du Congo-Brazzaville. Elle est la première femme a dirigé une municipalité de près d'1,3 million d’habitants dans le pays. Et les défis qui l’attendent sont immenses.

Avec notre envoyé spécial à Pointe-Noire, Loïcia Martial

À un jet de pierre de la place de la foire de Pointe-Noire, désormais transformée en marché, Aude Ducat, la trentaine révolue, tient un établissement de paris sportifs. D'Evelyne Tchitchelle, la nouvelle locataire de l’hôtel de ville, elle dit attendre beaucoup : « Moi, personnellement, j’attends qu’elle change vraiment l’image de la ville de Pointe-Noire. Elle a vraiment du boulot à faire. »

Encore appelée « Ndjindji » par ses habitants, Pointe-Noire connaît de nombreux problèmes d’assainissement en raison des ruisseaux qui la traversent. Non aménagés, ils sont des nids à moustiques, et de dangereux reptiles y logent. Plusieurs habitants rencontrés dans différents quartiers relèvent d'autres défis pour la nouvelle maire Evelyne Tchitchelle : « La circulation, les routes sont très mauvaises, bien abîmées. Les conducteurs ont des difficultés pour circuler. Là, la saison des pluies s’annonce déjà. Du coup, on ne sait pas comment circuler pour arriver à nos lieux de service à temps. Vraiment, je souhaite que la ville devienne propre, notamment le grand marché. Il est vraiment sale. Et les caniveaux sont vraiment bouchés », décrivent-ils, tour à tour.


Lire la suite sur RFI