Congo-B: épargnés des crimes rituels, les albinos restent fortement discriminés

Ce lundi 13 juin est la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. Les personnes atteintes d’albinisme sont parfois victimes de crimes rituels dans certains pays africains. Le Congo-Brazzaville n’a pas encore enregistré de cas d’assassinat et de crimes rituels sur les albinos, mais ceux-ci font néanmoins face à des discriminations dans les écoles ou dans les hôpitaux. L’Association Jhony Chancel pour les albinos (AJCA) a prévu une série d’activités dans le cadre de cette journée mondiale, notamment la distribution de crèmes de protection pour lutter contre les taches cutanées.

Avec notre correspondant à Brazzaville, Loïcia Martial

Costume cravate, cheveux bien rasés, Jhony Chancel Ngamouana est assis dans le bureau de l’association qu’il dirige depuis 12 ans ; une association qui porte son nom. Derrière lui, se trouvent les drapeaux du Congo et d'autres pays qui soutiennent ses activités. Cet albinos de près de 40 ans regrette les discriminations dont les albinos sont victimes au quotidien.

« Ici, nous n’avons jamais enregistré des cas d’assassinat comme dans d’autres pays. Mais la discrimination, les injustices et la stigmatisation persistent dans tous les domaines. Nous pensons que c’est un problème de sensibilisation. Aujourd’hui, dans notre pays, nous avons encore des élèves (albinos) qui n’arrivent pas à finir leur cursus scolaire parce que les amis les insultent et les discriminent », dénonce-t-il.

À écouter aussi : au Congo-B, une campagne de dépistage du cancer de la peau chez les albinos


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles