Le congé paternité réduit le risque de dépression post-partum chez les pères

Alors que certains souhaitent le renforcer et allonger sa durée, une étude française, parue le 1er janvier dans la revue Lancet Public Health, vient de démontrer l’impact positif du congé paternité sur la santé mentale des pères.

Publiée mercredi 4 janvier, la recherche menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a évalué l’impact d’un congé paternité de deux semaines - rémunéré et sans risque de perte d’emploi - sur les risques de dépression post-partum chez les deux parents. Également appelée dépression postnatale, cette pathologie touche un père et presque deux mères sur dix au cours de l’année suivant la naissance de leur enfant, rappelle l’Inserm dans un communiqué publié le 4 janvier.

L’équipe de chercheurs de l’Inserm et de Sorbonne Université à l’Institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique a utilisé les données de plus de 10 000 couples hétérosexuels dont les enfants sont nés en 2011. À travers un questionnaire, les parents ont renseigné si le père avait pris ou avait l’intention de prendre un congé paternité. Deux mois après la naissance du bébé, ils devaient prévenir les chercheurs en cas de dépression. Résultat : au bout de 2 mois, plus de 64 % des pères avaient déjà pris un congé paternité, 17 % ont déclaré en avoir l’intention, contre près de 19 % qui n’en avaient pas pris et ne projetaient pas d’en prendre. D’après leurs questionnaires, seulement 4,5 % des pères ayant eu un congé paternité et 4,8 % qui en avaient l’intention (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce drôle de couteau peut détecter le cancer de l'utérus en quelques secondes
Quelles sont les différentes phases de la dépression ?
"Pregnancy nose" : oui, le nez peut grossir pendant la grossesse
Cystite : bientôt un vaccin contre les infections urinaires à répétition ?
Pourquoi l'huile de palme est-elle dangereuse pour la santé ?