Confusion. Questionnement après l’attaque contre l’opposant Yaya Dillo au Tchad

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Dans la nuit du 28 février au 1er mars, Yaya Dillo, l’un des candidats à l’élection présidentielle du 11 avril au Tchad, a été attaqué à son domicile. Dans le régime autoritaire d’Idriss Déby, les opposants semblent gêner les manœuvres politiques du président sortant, investi candidat à un sixième mandat.

Le vent tourne dans le paysage politique tchadien. Il était, hier, l’un des alliés du président tchadien Idriss Déby, et il se dit aujourd’hui victime d’une tentative d’assassinat fomentée par ce dernier.

Yaya Dillo, ministre sous Idriss Déby en 2008, est devenu l’un des opposants politiques du président. Le 28 février, à N’Djamena, il a vu son domicile encerclé par plusieurs hommes armés puis a été attaqué, raconte Al-Jazeera. Le feu a été ouvert autour de la maison et l’incident a trouvé une issue tragique. Peu après que Yaya Dillo a déclaré sur les réseaux sociaux que sa mère et son fils avaient été tués, atteints par des tirs, rapporte Tchad Infos, Internet a cessé de fonctionner à N’Djamena.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un timing troublant

Après l’incident, les versions diffèrent. Pour certains, l’affaire a pris des airs de tentative de muselage d’un opposant politique dérangeant. Yaya Dillo figure parmi les candidats à l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Le gouvernement pour sa part a justifié, par l’intermédiaire d’un communiqué officiel, l’intervention armée en la présentant comme “une mission de police judiciaire”,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :