"On se confronte à ce à quoi on s'attendait, mais en pire" : à Firminy, nouvel épicentre de l'épidémie

·1 min de lecture

François Ballereau n'a pas besoin de regarder sa fiche pour énumérer les chiffres de son département de la Loire. Le chef du service des urgences du centre hospitalier Le Corbusier à Firminy les connaît par cœur : rien d'abstrait pour lui ; les malades concernés remplissent ses lits depuis plus d'un mois. Avec 1.065 cas de Covid pour 100.000 habitants, un taux deux fois et demie supérieure à la moyenne nationale, la métropole de Saint-Etienne, aux confins de laquelle se trouve son établissement, est la plus touchée du pays. Et dans ce sinistre peloton, "Firminy tient le maillot jaune", résume le Dr Ballereau.

Entre "deux mondes" : la violence de l'hôpital, l'insouciance à l'extérieur

 

Le groupement hospitalier territorial dont il dépend accueille 568 patients atteints du Covid-19. A Le Corbusier, ils sont déjà 120, contre 30 au plus fort de la première vague. Et avant que les effets du confinement ne se fassent sentir, les chiffres vont doubler d'ici au 9 novembre. "On va devoir pousser les murs, estime François Ballereau. On ne fait que suivre les courbes de projection de l'Institut Pasteur… On se confronte à ce à quoi on s'attendait. Mais en pire."

 

Lire aussi - Covid-19 : les hôpitaux sont déjà submergés

Dans les couloirs de l'hôpital, paradoxalement assez calme depuis que l'ensemble des soins non prioritaires ont été déprogrammés, la tension est palpable. Sur les visages des soignants, on lit la fatigue, la crainte et un peu d'amertume. Plusieurs d'entre eux parlent de ces...


Lire la suite sur LeJDD