Confondu par un mégot de cigarette, un homme est mis en examen pour meurtre dix-neuf ans après les faits

franceinfo avec AFP

Le mégot, prélevé sur la scène du crime, a été analysé grâce aux nouvelles techniques de la police scientifique. La victime du meurtre est une femme de 55 ans.

L'affaire était restée irrésolue malgré de nombreuses années de recherches. Un quinquagénaire a été mis en examen, à Valence (Drôme), pour le meurtre de Chantal Chillou de Saint Albert, une femme de 55 ans, après la découverte de son ADN sur un mégot de cigarette, dix-neuf ans après les faits. L'homme, sur lequel aucun autre détail n'a été donné, est "très défavorablement connu de la justice", a précisé, samedi 6 juin, le procureur de la République de Valence, Alex Perrin.

Agé de 36 ans au moment des faits, il a été interpellé mercredi avant de "reconnaître partiellement les faits". "Il aurait indiqué, le jour des faits, avoir eu une relation avec la victime, l'avoir prise en charge dans sa voiture mais n'aurait pas reconnu le crime", rapporte Le Dauphiné libéré. Cet homme a été mis en examen, vendredi à Valence, pour "meurtre précédé, accompagné ou suivi d'un autre crime", indique le procureur dans un communiqué. Il a été placé en détention provisoire.

Des scellés confrontés aux techniques modernes

Son ADN a été retrouvé sur un mégot de cigarette découvert sur la scène de crime, ainsi que sur le tee-shirt de la victime, Chantal Chillou de Saint Albert, une femme âgée de 55 ans et alors domiciliée à Allauch, dans la banlieue de Marseille. Son corps avait été découvert sur un chemin en bordure de l'Isère, à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi