Conflits en Ukraine et en Syrie : Poutine est arrivé à Téhéran

Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à Istanbul en 2016.   - Credit:KAYHAN OZER / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFIC / AFP
Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à Istanbul en 2016. - Credit:KAYHAN OZER / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS OFFIC / AFP

Les présidents iranien, russe et turc se réunissent à Téhéran, mardi 19 juillet. Les dossiers sur la table : le conflit en Syrie, mais aussi la guerre en Ukraine et ses retombées sur les économies mondiales. Il s'agit du premier sommet présidé par Ebrahim Raïssi depuis son arrivée au pouvoir il y a un an. Le président russe est arrivé mardi à Téhéran, pour son deuxième déplacement à l'étranger depuis le lancement de son offensive en Ukraine, le 24 février.

La réunion tripartite intervient quelques jours après la tournée du président américain Joe Biden au Moyen-Orient, où il s'est rendu en Israël, ennemi n° 1 de l'Iran, et en Arabie saoudite, son puissant rival régional. Elle sera essentiellement dominée par la Syrie, où la Russie, la Turquie et l'Iran représentent des acteurs majeurs dans la guerre qui ravage le pays depuis 2011, Moscou et Téhéran soutenant le régime de Bachar el-Assad et Ankara appuyant des rebelles. Les trois pays ont lancé en 2017 le processus dit d'Astana, visant officiellement à ramener la paix en Syrie.

À LIRE AUSSI Poutine, le Staline d'aujourd'hui ?

Arrivé lundi soir à Téhéran, le président turc Recep Tayyip Erdogan a été reçu mardi matin par son homologue iranien dans le palais de Saadabad, dans le nord de la capitale iranienne. Plus tard dans la journée, le chef d'État turc et sa délégation ont rencontré le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamene. Avec leur homologue russe Vladimir Poutine, Erdogan et Raïssi participeront à [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles