Conflit. Le Yémen fragmenté après six ans de guerre

·1 min de lecture

Saoudiens et Émiratis avaient promis de chasser les rebelles houthistes du pouvoir. Mais ceux-ci sont toujours là, plus forts que jamais. Pire, une multitude de groupes armés a prospéré. Le pays est désormais divisé et instable, déplore le journaliste yéménite Yassine Al-Tamimi.

Depuis mars 2015, l’intervention militaire de la coalition saoudo-émiratie au Yémen a eu le même effet que l’intervention étrangère en Afghanistan. Dans les deux cas, les préoccupations géopolitiques et sécuritaires des puissances étrangères ont éclipsé les besoins et les priorités de la population locale. Cela a aggravé la situation sur le terrain et a nourri les luttes et les violences entre une multiplicité d’acteurs.

Mais au Yémen, le peuple ne se laissera pas avaler par un groupe armé. Il se dresse contre l’idée que telle ou telle faction puisse s’imposer par la force et prendre le pouvoir par les armes. Les Yéménites s’opposent également aux projets de dépeçage de leur pays par des puissances étrangères. Et ils sont capables d’endurer beaucoup de souffrances s’il le faut pour tenir tête.

À lire aussi: Tribune. Au Yémen, Émiratis et Saoudiens se comportent en forces d’occupation

C’est ce que montre la situation autour de la ville de Marib. Depuis le début de l’année, les rebelles houthistes n’ont eu de cesse de se battre pour conquérir cette dernière grande ville du Nord qui leur échappe, et qui leur donnerait accès à d’importantes ressources de pétrole et de gaz. Mais ils s’y sont heurtés à une vraie résistance, solide et efficace de la part de l’armée régulière.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles