Conflit TF1-Canal+ : Pour Maxime Saada, les exigences financières de TF1 sont dignes de celles d'Universal

Abaca
Abaca

Une réponse qui souligne une fois de plus la détermination affichée par le groupe Canal+ dans le conflit qui l'oppose au groupe TF1. Mercredi soir, à l'occasion de la conférence de presse de rentrée de son groupe dans des locaux flambants neufs, Maxime Saada, le patron de Canal+, a été interrogé sur ce dossier brûlant. Pour rappel, depuis le début du mois, le groupe crypté, arguant de la fin du contrat de distribution qui le liait à la filiale du groupe Bouygues, a pris la décision de couper le signal de ses cinq chaînes. Une coupure qui concerne 5,4 millions de foyers, dont près de 2 millions sont situés en zone blanche et dépendent du service TNT Sat.

Cette situation a des conséquences au quotidien pour la première chaîne, qui a vu par exemple son "20 Heures" être doublé à plusieurs reprises par le journal de France 2. Le principal point de blocage porte sur le montant exigé par TF1 pour renouveler le contrat de distribution, "une rémunération très conséquente", a déploré Canal+ dans un communiqué le 2 septembre dernier.

Face aux journalistes hier soir, Maxime Saada a souligné une nouvelle fois que "beaucoup de chiffres fantaisistes sont sortis" depuis le début de la polémique et a maintenu que TF1 aurait demandé "une augmentation de 50% de ce qu'on payait auparavant". Une proportion qui est contestée par la première chaîne de France. Faisant référence au précédent contrat de distribution conclu fin 2018, le dirigeant a estimé...

Lire la suite


À lire aussi

Conflit avec FAI : Orange stoppe ses publicités sur TF1
Conflit TF1-Canal+ : TF1 assigne le groupe crypté au tribunal de commerce en référé (MAJ)
Violences à Gaza : Pourquoi BFMTV a-t-elle supprimé de son site l'interview d'un expert du conflit israélo-palestinien ?