Publicité

Conflit M23 en RDC: situation toujours très tendue sur le front des combats

Des habitants fuient les combats entre la rébellion du M23 et l'armée congolaise, près de Sake (est), le 7 février 2024 (Aubin Mukoni)
Des habitants fuient les combats entre la rébellion du M23 et l'armée congolaise, près de Sake (est), le 7 février 2024 (Aubin Mukoni)

"Ce matin tout semblait calme, puis une bombe est tombée..." La situation est restée tendue vendredi dans l'est de la République démocratique du Congo, où les combats se sont intensifiés ces derniers jours entre les forces gouvernementales et la rébellion du M23.

Des milliers d'habitants paniqués de Sake, cité considérée comme stratégique sur la route de Goma, se sont enfuis mercredi pour échapper aux bombardements et se sont ajoutés aux centaines de milliers de déplacés déjà agglutinés dans les faubourgs du chef-lieu du Nord-Kivu.

La province est le théâtre depuis plus de deux ans d'une rébellion menée par le M23 ("Mouvement du 23 mars") qui, avec le soutien d'unités de l'armée rwandaise, s'est emparé de vastes pans de territoire.

Selon le Comité international de la Croix-rouge (CICR), l'hôpital qu'il soutient à Goma a reçu pour la seule journée de mercredi 58 blessés par arme, dont 31 civils.

"Les blessés n'ont cessé d'affluer, certains transportés à moto, d'autres par bus. Avec les patients déjà suivis (...), nous avons atteint 120 blessés pris en charge, alors que notre capacité initiale est de 64 lits", précise le CICR dans un communiqué.

"Les civils et les structures sanitaires sont de plus en plus exposés à la violence des combats", déplore-t-il.

Selon des habitants restés à Sake, interrogés par téléphone depuis Goma, des combats se sont poursuivis vendredi dans les collines surplombant la ville. "Les FARDC (forces armées de RDC) continuent à pilonner des positions du M23 à Malehe et Jérusalem", a déclaré l'un d'eux. "Je ne suis pas rassuré, l'ennemi peut toujours nous surprendre ici", ajoutait-il.

"Ce matin tout semblait calme ici, mais aux environs de 10H00 (08H00 GMT), une bombe est tombée non loin de la mosquée, elle a endommagé deux maisons", a indiqué à l'AFP un autre habitant de Sake. Selon lui, une femme blessée la veille par un bombardement a succombé vendredi à ses blessures.

- "Les combats se rapprochent" -

"Les combats se rapprochent encore une fois de Sake et la panique gagne du terrain", a témoigné dans l'après-midi une autre personne, affirmant que le M23 avait reçu des renforts.

Dans ce contexte de crise, le ministre congolais de la Défense, Jean-Pierre Bemba, est arrivé vendredi de Kinshasa à Goma pour une visite de terrain, a constaté un journaliste de l'AFP.

Après un responsable de l'ONU mercredi et la France le lendemain, la Belgique et le Royaume Uni se sont déclarés vendredi "très préoccupés" par l'escalade de la violence.

"Nous condamnons la violente offensive du M23 et les actions de tous les groupes armés illégaux dans l'est de la RDC, qui ne font qu'ajouter à la misère et à la souffrance de civils innocents", indique dans une déclaration l'ambassade de Grande-Bretagne à Kinshasa.

"Il faut que les efforts diplomatiques, dans le cadre des processus régionaux, soient relancés", demande la Belgique dans un texte transmis également par son ambassade en RDC.

Le M23, mouvement majoritairement tutsi apparu en 2012 et défait l'année suivante, a repris les armes en novembre 2021, reprochant à Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la réinsertion de ses combattants.

La RDC accuse le Rwanda et ses "supplétifs" du M23 de vouloir faire main basse sur les minerais de l'est congolais. Le M23 affirme de son côté défendre une frange menacée de la population et réclame des négociations, que Kinshasa refuse, excluant de discuter avec des "terroristes".

Par ailleurs, cette semaine à Kinshasa, quelques dizaines de personnes ont manifesté devant plusieurs ambassades contre un supposé soutien apporté au Rwanda par les pays occidentaux.

bur-at/sba