Le conflit entre la Russie et l'Ukraine entre dans son sixième mois

A qui la faute ? Chaque camp se renvoie la balle au sujet du bombardement effectué ce samedi sur le port d'Odessa.

Les autorités russes affirment avoir détruit un navire militaire ukrainien et des missiles livrés par les Etats-Unis.

De son côté, Kyiv accuse Moscou d'avoir "craché au visage de l'ONU et de la Turquie", sous l'égide desquels venait d'être conclu un accord pour l'exportation des céréales ukrainiennes.

En visite au Caire, le chef de la diplomatie russe ne s'est pas appesanti sur le sujet.

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères : "Nous avons confirmé l'engagement des exportateurs de céréales russes à respecter toutes leurs obligations. Le président Vladimir Poutine l'a également souligné lors d'une récente discussion téléphonique avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi."

Le président ukrainien a tenu à réagir après cette frappe sur Odessa, en estimant que le régime russe avait montré là son vrai visage.

Volodymyr Zelensky, président ukrainien : "L'attaque de missiles russes sur Odessa, sur notre port, est une attaque cynique, et c'était aussi une attaque contre les positions politiques de la Russie elle-même. Si quelqu'un dans le monde pouvait encore dire qu'une sorte de dialogue avec la Russie, une sorte d'accord est nécessaire, vous voyez ce qui se passe. Les missiles Kalibr russes ont détruit la possibilité même de telles déclarations."

Alors que le conflit entre dans son sixième mois, les combats font rage dans la région de Kherson, une ville tombée aux mains des Russes dès le 3 mars.

L'armée ukrainienne y mène une contre-attaque dans le but de reprendre le contrôle de cette localité "d'ici septembre".

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles