Conflit d’intérêts. Pandora Papers : le président chilien Sebastián Piñera fait face à un procès en destitution

·1 min de lecture

La Chambre des députés du Chili a mis en accusation le président Piñera, impliqué dans les révélations des Pandora Papers pour de possibles irrégularités dans la vente d’un projet minier. Ouverte au bout d’un marathon parlementaire rocambolesque, la procédure de destitution risque toutefois de ne pas aboutir au Sénat.

“À l’aide d’une stratégie controversée, l’opposition parvient à voter une mise en accusation constitutionnelle inédite du président de la République”, titre le quotidien chilien El Mercurio mardi 9 novembre.

La veille, le député socialiste Jaime Naranjo avait en effet parlé pendant quinze heures et lu 1 300 pages pour attendre l’arrivée de deux de ses collègues, dont les voix ont finalement permis de faire avancer ce mardi matin une procédure de destitution visant Sebastián Piñera.

À lire aussi: Royaume-Uni. Pandora Papers : Londres, “laverie automatique” des riches étrangers

Le président conservateur est mis en cause “pour de supposées irrégularités lors de la vente d’un projet minier polémique réalisée dans les îles Vierges britanniques”, un paradis fiscal, rappelle le journal espagnol El País. Il sera à présent jugé par le Sénat, “où l’opposition aura plus de mal à réunir les votes nécessaires” à la destitution, souligne le quotidien.

Le manchot de Humboldt et l’ami Carlos Délano

Ce vaste projet minier est controversé car situé à seulement 30 kilomètres de la réserve

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles