Conflit TF1-Canal+ : Les maires de France s'invitent dans le litige et interpellent l'Arcom

Abaca
Abaca

J+10. Le vendredi 2 septembre, Canal+ interrompait brusquement la distribution des chaînes du groupe TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI). L'accord de distribution s'interrompait le 31 août et les deux groupes rivaux ne sont pas parvenus à s'entendre pour le renouveler. Les désaccords persistent sur le montant de la redevance versé à TF1 par Canal+. Résultat : en pleine rentrée médias, l'audience des chaînes du groupe Bouygues est affectée.

Une "rupture d'égalité entre les communes dans l'accès aux chaînes de télévision"

De nombreux téléspectateurs - Canal+ représenterait 12% à 15% de l'audience de TF1 - sont, en effet, privés des programmes de la Une et de ses soeurs depuis que le groupe de Vincent Bolloré a interrompu la diffusion de ces chaînes sur l'offre "TNT Sat". Dans un courrier adressé à l'Arcom (ex-CSA) et rendu public ce lundi, l'Association des maires de France (AMF), saisie par TF1, estime à 2 millions le nombre de foyers installés dans des zones blanches et donc privés des chaînes en question. Ces zones ne sont en effet ni couvertes par la télévision numérique terrestre, ni par les opérateurs télécoms via les offres ADSL ou la fibre.

Par la voix de son président, le maire Les Républicains de Cannes, David Lisnard, l'AMF déplore une "rupture d'égalité entre les communes dans l'accès aux chaînes de télévision" et demande à l'Arcom quelles dispositions elle a engagées dans ce dossier.

L'AMF a accompagné son...

Lire la suite


À lire aussi

"Moscato, tu n'as pas cru en nous, on t'a fait mentir !" : Eméchés, les joueurs du Montpellier Rugby interpellent RMC
Conflit avec FAI : Orange stoppe ses publicités sur TF1
Conflit TF1-Canal+ : TF1 assigne le groupe crypté au tribunal de commerce en référé (MAJ)