Conflit Azerbaïdjan-Arménie: Moscou propose une médiation

Après plusieurs jours d’affrontements, une accalmie a été observée vendredi 17 juillet au nord de la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Les dernières violences de cette ampleur remontaient à 2016. Erevan et Bakou s’accusent mutuellement d’avoir lancé les hostilités. À Moscou, le président Vladimir Poutine s’est dit « extrêmement préoccupé » par l’escalade entre les deux anciennes républiques soviétiques.

De notre correspondant à Moscou,

Le président russe a convoqué vendredi 17 juillet les membres de son Conseil de sécurité. Au cours de cette visioconférence, Vladimir Poutine a souligné « le besoin urgent de garantir uncessez-le-feu » et a proposé la médiation de la Russie dans ce dossier.

La confrontation est asymétrique : l’Azerbaïdjan dispose de capacités militaires bien supérieures et bénéficie du soutien sans réserve de la Turquie. L’Arménie, elle, est proche de la Russie : la deuxième ville du pays, Gyumri, abrite une base militaire russe. Il y a quelques jours, Erevan a adopté sa nouvelle stratégie de sécurité nationale, sans changements majeurs et qui conforte sa relation privilégiée avec Moscou.

Mais la Russie entretient aussi de bons rapports avec l’Azerbaïdjan et ne souhaite pas attiser des tensions avec la Turquie. Dans ces conditions, Moscou entend une nouvelle fois endosser un rôle de médiateur dans la région.

L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’opposent depuis plusieurs décennies sur le statut d'une région, le Haut-Karabakh. La persistance des frontières administratives soviétiques après 1991 est à l’origine de plusieurs conflits territoriaux dans les pays d’ex-URSS.

À lire aussi : Regain de tension à la frontière entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan

Notre objectif est d'assurer la meilleure expérience possible pour nos utilisateurs et de créer une communauté respectueuse de chacun. Nous travaillons à l'amélioration de cette expérience et pendant cette période, le module commentaires a la fin de nos articles n'est pas disponible. Merci de votre compréhension.