Conflit en Éthiopie: «J'étais une voix critique à l'intérieur de l'administration», dit Gebremeskel Kassa

C'est un témoignage rare, celui de l'ancien chef de cabinet de l'administration du Tigré pendant la guerre, le gouvernement intérimaire de la province nommé par les autorités fédérales éthiopiennes pendant les opérations militaires visant à déloger les autorités rebelles du TPLF. Gebremeskel Kassa vit aujourd'hui en exil, après avoir fui son pays. Son histoire est celle d'un jeune éthiopien d'origine tigréenne, enrôlé par l'administration fédérale et entraîné dans le cauchemar d'une guerre fratricide.

Ça aurait pu être l'histoire banale d'un jeune et brillant étudiant faisant carrière dans l'administration. Mais le sort en a décidé autrement pour Gebremeskel Kassa, né dans le Tigré en 1986. Diplômé en archéologie, ayant gravi les échelons de l'université d'Axoum puis de l'administration de la capitale Addis-Abeba, il a eu le malheur d'être contemporain d'une guerre civile dans son pays natal.

Mais Gebremeskel Kassa dit n'avoir pas voulu cotiser à la haine entre les peuples d'Éthiopie. Il a refusé d'être enrôlé par le parti dirigeant le Tigré, après avoir gouverné le pays pendant 17 ans, le TPLF. Pour lui, le bras de fer que ce dernier avait engagé avec les autorités fédérales en 2020 était dangereux, trop dangereux. Il s'est donc engagé dans le parti du nouveau Premier ministre Abiy Ahmed, le Parti de la prospérité, au nom des Tigréens, pour faire valoir leurs intérêts sans risquer l'affrontement.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles