Aux confins de la Voie lactée, une armée de trous noirs est en train de disloquer cet amas d'étoiles

·1 min de lecture

Palomar 5. C’est un amas globulaire situé à quelque 65.000 années-lumière de la Terre. Quelque part dans le halo de notre Voie lactée. Et il a attiré l’attention des astronomes parce qu’il est à la fois environ dix fois moins massif et cinq fois plus étendu que les autres amas globulaires. Il semble tout simplement être en train de se disloquer. Libérant une traînée d’étoiles sur plus de 20° dans notre ciel. Plusieurs de ce genre de traînées ont été observées par ailleurs aux abords de notre Galaxie. Mais aucune n’a pu être aussi bien associée à un amas.

Aujourd’hui, des astronomes de l’université de Barcelone (Espagne) suggèrent que cette traînée d’étoiles est probablement le résultat de l’action d’une population étonnante de plus de 100 trous noirs au cœur même de l’amas. « Ils sont environ trois fois plus nombreux que nous le pensions d’après le nombre d’étoiles dans l’amas. Cela signifie que plus de 20 % de la masse totale de l’amas est aujourd’hui constituée de trous noirs. Chacun a une masse d’environ 20 fois la masse du Soleil. Ils se sont formés suite à des explosions d’étoiles massives en supernova, lorsque l’amas était encore très jeune », explique Mark Gieles, professeur, dans un communiqué de l’Université de Barcelone.

Sur cette vue du ciel, le nombre d’étoiles est plus élevé dans les régions les plus lumineuses. La majeure partie de l’image, où le plan de la Voie lactée est visible, est produite à l’aide des données Gaia eDR3. Le petit patch en haut au centre montre une région où des données plus profondes de Desi Legacy Imaging Survey (DECaLS) sont disponibles, ce qui permet de voir Palomar 5 et ses traînées d’étoiles. © M. Gieles et al., Gaia eDR3, Desi Decals
Sur cette vue du ciel, le nombre d’étoiles est plus élevé dans les régions les plus lumineuses. La majeure partie de l’image, où le plan de la Voie lactée est visible, est produite à l’aide des données Gaia eDR3. Le petit patch en haut au centre montre une région où des données plus profondes de Desi Legacy Imaging Survey (DECaLS) sont disponibles, ce qui permet de voir Palomar 5 et ses traînées d’étoiles. © M. Gieles et al., Gaia eDR3, Desi Decals

Palomar 5 comme une pierre de rosette ?

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont fait varier les propriétés initiales de l’amas et simulé l’évolution de chacune de ses étoiles jusqu’à aboutir à une bonne correspondance avec les observations. Ils en déduisent que Palomar 5 s’est...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles