Confinements et couvre-feu : quel prix à payer pour l’économie ?

Le ministère des Finances a fait ses calculs en fonction des différentes hypothèses de reconfinement. "Notre économie tourne déjà au ralenti avec le couvre-feu à 18 heures, et avec la fermeture de tous les bars, restaurants et activités culturelles, l’activité a reculé de 7% selon les estimations de Bercy", note le journaliste David Boéri, sur le plateau du 19/20 de France 3, mercredi 27 janvier. Selon le scénario d’un reconfinement "léger", avec la fermeture des collèges, lycées, et restaurants d’entreprise, l’activité pourrait baisser de 10%, selon ces mêmes hypothèses. Davantage de dépenses pour l’État Si le gouvernement faisait le choix d’un confinement "strict", avec la fermeture des magasins non-essentiels ainsi que les crèches et les écoles, l’activité reculerait de 18%, estime Bercy. L’activité avait baissé de 33% lors du printemps 2020 et du premier confinement. Un reconfinement signifierait également l’augmentation des dépenses de l’État pour soutenir l’économie. À l’heure du couvre-feu, l’État dépense six milliards d’euros par mois pour les entreprises, "quatre milliards pour les exonérations de charges et le fond de solidarité et deux milliards pour le chômage partiel", précise David Boéri. La facture passerait à 15 milliards par mois en cas de reconfinement.