Confinement : la voix désespérée du vieux Shanghai

·1 min de lecture
Confinement : la voix désespérée du vieux Shanghai
ANDREW GALBRAITH/REUTERS

“Vous voyez ces oiseaux qui volent dans tous les sens ? Ils peuvent transmettre la maladie bien plus largement que moi, mais ils ne portent pas de masque de protection ! Pourquoi ne les contrôlez-vous pas !”

Cette invective, c’est celle d’un résident shanghaien, un vieil homme qui proteste, début avril, dans les premiers jours du confinement, contre les agents postés à la porte de son appartement et chargés de faire respecter la quarantaine. C’est l’une des centaines de vidéos et de posts qui ont émergé sur les réseaux sociaux, portant la voix du mécontentement des habitants de Shanghai, malgré la censure. L’historien et sinologue australien Geremie Barmé l’a traduite pour SupChina, un portail d’actualités situé à New York consacré aux affaires, à la politique, à la culture et à la société de la Chine.

Cette diatribe désespérée et sarcastique donne une idée de l’étendue du malaise des habitants de la métropole à l’égard des confinements rigides qui ont suivi les infections au Covid-19. Le vieil homme continue :

“Nous sommes enfermés toute la journée comme si nous étions en prison. Vous devez utiliser des méthodes scientifiques ; il doit y avoir de la rationalité… Essayez-vous de faire concurrence à la Révolution culturelle ?

“Lorsque notre Soleil rouge, Mao Zedong, est mort en 1976, la situation n’était pas aussi grave. À cette époque, ils ont simplement mis le drapeau en berne”, poursuit-il en faisant référence à certains des événements les plus marquants de la Chine au cours des dernières décennies.

Les gens deviennent fous ; ils veulent se jeter du haut des bâtiments… Quelle est la prochaine étape ? Allez-vous, en plus de tout cela, nous couper l’électricité, l’eau et la nourriture ?

25 millions de résidents enfermés

Depuis le 27 mars, alors que le nombre de personnes infectées montait en flèche, presque tous les résidents de Shanghai, la plus grande ville de Chine et sa capitale économique, ont reçu l’ordre de rester chez eux. Soit 25 millions de résidents enfermés dans leur appartement, avec les plus grandes difficultés pour se nourrir ou obtenir une aide médicale. D’autres ont été regroupés dans des centres de quarantaine improvisés et des hôpitaux temporaires, sans savoir quand ils seront autorisés à partir.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles