Confinement: pour le vice-président des Hauts-de-France, les élus locaux n'ont "pas été écoutés"

B.R.
·1 min de lecture
Jean Castex  - Christophe ARCHAMBAULT
Jean Castex - Christophe ARCHAMBAULT

Le vice-président des Hauts-de-France, Christophe Coulon, a estimé jeudi que le gouvernement n'avait pas "écouté" les élus locaux avant de prendre de nouvelles mesures de confinement qui s'appliquent "de manière indifférenciée" sur le territoire de cette région.

"La consultation des élus locaux n'a eu lieu que mollement, et en réalité ils n'ont pas été écoutés", a affirmé à l'AFP Christophe Coulon, bras droit de Xavier Bertrand (ex-LR), après l'intervention du Premier ministre Jean Castex.

Selon lui, "il fallait être dans la maille fine du territoire, pour différencier les situations et faire le moins de dégâts possibles".

Des taux d'incidence inférieur dans l'Aisne et la Somme

"Les départements de l'Aisne et de la Somme, où le taux d'incidence est inférieur, sont placés sous le même régime que les trois autres départements de la région aux taux d'incidence nettement plus élevé. C'est incompréhensible, et cela a des conséquences, pour les commerces de proximité notamment", a poursuivi le vice-président en charge de l'apprentissage et de l'artisanat.

Le vice-président des Hauts-de-France attend des "annonces claires de compensation financière" pour ces commerces.

Selon les dernières données de Santé Publique France, le taux d'incidence s'élève à 248 pour l'Aisne et 288 pour la Somme, contre 324 pour le Nord, 407 pour le Pas-de-Calais et 303 pour l'Oise.

Article original publié sur BFMTV.com