Confinement : une vendeuse de vêtements devient poissonnière

Le confinement ayant contraint les boutiques de prêt-à-porter à fermer leurs portes, Adeline Perrée est passée de la vente de vêtements chics aux poissons et fruits de mer. "Il y a eu l’annonce, et ça s’est fait automatiquement, moi je lui ai dit 'sauve-moi la vie, je ne veux pas rester enfermée'", se souvient la jeune femme. De son côté, Guillaume Baron, le poissonnier, avait quelques appréhensions "de voir la fille un peu superficielle qui vend des vêtements". Mais sa nouvelle recrue s’est vite intégrée à son nouveau milieu : "elle est complètement adaptée, je me repose énormément sur elle, c’est mon bras droit", ajoute le commerçant. Une situation qui s’éternise Adeline reçoit même des compliments de la part des clients. En contrat à mi-temps, la responsable continue de gérer quelques commandes en click and collect pour sa boutique. Elle part à la pêche aux clients sur les réseaux sociaux, où elle propose les articles de sa boutique à ses 2000 abonnés. Une situation qui s’éternise : elle compte sur la réouverture prochaine de son commerce pour de nouveau vivre de sa passion.