Confinement : "Il vaut mieux avoir quatre clients dans 25 commerces, que 100 clients groupés dans le même", estime Gilles Platret, vice-président LR

franceinfo
·1 min de lecture

Les arrêtés municipaux qui, ici ou là, autorisent les petits commerces à ouvrir malgré le confinement, "c'est d'abord pour protéger les clients", précise Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) et vice-président des Républicains, invité de franceinfo ce samedi matin. "Il vaut mieux avoir quatre clients dans 25 commerces, que 100 clients groupés dans le même", explique-t-il alors qu'il dénonce également "la rupture d'égalité et la concurrence déloyale" entre les plateformes de vente en ligne ou les hypermarché et les petits commerces.

franceinfo : Avez-vous pris cet arrêté pour des raisons sanitaires ou pour des raisons économiques ?

Gilles Platret : Personne ne peut aujourd'hui contester le fait qu'il y a une rupture d'égalité et une concurrence déloyale, c'est certain. Les grandes surfaces ne peuvent pas, et je ne leur jette même pas la pierre, séparer dans des plateaux complètement ouverts, les produits essentiels des produits non essentiels. Vous avez donc une rupture de concurrence vis-à-vis des petits commerces. Mais l'enjeu principal, à mon sens, outre celui-ci qui est un enjeu important, c'est d'abord de protéger les clients. Aujourd'hui, les accumulations de clientèle dans les grandes surfaces sont plus propices à la propagation du virus que (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi