Confinement des non-vaccinés, pass sanitaire: ces pays d'Europe qui resserrent la vis face au Covid-19

·7 min de lecture
Une photo prise le 27 novembre 2020 montre les sœurs Inika (R) et June Flaa travaillant avec un patient atteint de Covid-19 à l'unité de soins intensifs de l'hôpital universitaire d'Oslo Rikshospitalet à Oslo, en Norvège. - Jil Yngland / NTB / AFP
Une photo prise le 27 novembre 2020 montre les sœurs Inika (R) et June Flaa travaillant avec un patient atteint de Covid-19 à l'unité de soins intensifs de l'hôpital universitaire d'Oslo Rikshospitalet à Oslo, en Norvège. - Jil Yngland / NTB / AFP

876450610001_6281638617001

"Si nous restons sur cette trajectoire, nous pourrions voir un autre demi-million de décès dus au Covid-19" en Europe, "d'ici février", mettait en garde le directeur de l'OMS Europe jeudi dernier. Ce vendredi, c'est le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) qui tire la sonnette d'alarme, indiquant que la situation est "très inquiétante" dans dix pays du continent: la Belgique, la Pologne, les Pays-Bas, la Bulgarie, la Croatie, la République Tchèque, l'Estonie, la Grèce, la Hongrie et la Slovénie.

Depuis plusieurs semaines, l'Europe fait face à une nette dégradation de la situation épidémique, notamment en Allemagne, en Europe centrale et dans l'est du continent. Face à cette recrudescence des contaminations au Covid-19, plusieurs pays rétablissent des mesures de restrictions, pour tenter d'enrayer la progression du virus.

• Autriche

Chez nos voisins autrichiens, le gouvernement a annoncé ce vendredi qu'il attendait le feu vert du Parlement, dimanche, pour instaurer un confinement des personnes non-vaccinées, ou non-guéries du Covid-19, au plan national.

"L'objectif est clair: nous voulons donner dimanche le feu vert à un confinement national pour les personnes non vaccinées", a déclaré le chancelier Alexander Schallenberglors, sans préciser la date de l'entrée en vigueur de la mesure.

L'État régional de Haute-Autriche et la ville-État de Salzbourg, qui ont connu certains des taux de contamination les plus élevés, ont déjà introduit ce confinement à partir de lundi. Le ministre de la Santé, Wolfgang Mueckstein, a par ailleurs annoncé qu'il allait ordonner la vaccination obligatoire du personnel de santé.

876450610001_6281586428001

• Pays-Bas

Aux Pays-Bas, où la situation sanitaire est préoccupante, avec des records du nombre de contaminations quotidiennes, l'exécutif a annoncé ce vendredi un nouveau tour de vis, avec un confinement partiel pour 3 semaines.

Dès samedi, les bars, les restaurants et les magasins essentiels tels que les supermarchés devront fermer à 20h et les magasins non essentiels à 18h.

Les citoyens néerlandais sont appelés à ne pas accueillir plus de quatre personnes chez eux et à faire du télétravail, "sauf si cela n'est vraiment pas possible", a indiqué le Premier ministre Mark Rutte lors d'une conférence de presse.

Les manifestations publiques sont supprimées et les matches de football seront joués à huis clos, y compris le match de qualification pour la Coupe du monde qui opposera les Pays-Bas et la Norvège la semaine prochaine. Les écoles restent toutefois ouvertes et les sorties hors du domicile autorisées.

• Allemagne

La situation épidémique ne cesse ne s'aggraver en Allemagne, où la barre des 50.000 nouvelles infections quotidiennes a été dépassée cette semaine, un record depuis le début de la pandémie.
Face à cette flambée, le pays a commencé à transférer des patients des régions les plus touchées, notamment dans l'Est du pays, plus réfractaire à la vaccination.

Plusieurs États allemands ont décidé de réintroduire certaines mesures de restrictions, visant notamment les non-vaccinés. Dès ce lundi, Berlin va leur interdire l'accès notamment aux restaurants sans terrasse, aux bars, aux salles de sport et aux salons de coiffure.

• Norvège

Le gouvernement scandinave a annoncé ce vendredi la réintroduction de restrictions anti-Covid au niveau national, en autorisant notamment les communes à avoir recours au pass sanitaire. La Norvège, qui avait levé toutes ses restrictions fin septembre, va également proposer une troisième dose de vaccin pour tous les plus de 18 ans, en excluant toutefois des confinements et des mesures drastiques.

"Le gouvernement veut introduire de nouvelles mesures nationales pour contenir les contagions (...) On ne parle toutefois pas de confinements ou de mesures aussi strictes que précédemment lors de la pandémie", a souligné le Premier ministre Jonas Gahr Støre lors d'une conférence de presse.

Les cas contacts non vaccinés de plus de 18 ans sont sommés de se faire tester à partir du 16 novembre. Les personnels de santé non vaccinés devront eux se faire tester deux fois par semaine et porter le masque, et la recommandation de rester chez soi en cas de symptôme est rétablie.

• Danemark

Après presque deux mois sans restriction, le Danemark va réintroduire le pass sanitaire à cause de la forte remontée du nombre de cas de Covid-19, a annoncé ce lundi la Première ministre.

"La Commission sur les épidémies a recommandé au gouvernement de classer le coronavirus comme une 'maladie menaçante pour la société' et de réimposer le coronapass. Le gouvernement va suivre cette recommandation", a indiqué Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse.

Le pass sanitaire doit être réintroduit notamment dans les bars et restaurants et boîtes de nuit, et être obligatoire à partir de 15 ans. Pionnier du pass sanitaire qui y a été introduit dès le printemps, le Danemark l'avait supprimé le 10 septembre, à une époque où le nombre de nouveaux cas était quatre fois inférieur aux chiffres d'aujourd'hui. Un projet de loi va être présenté mardi devant le Parlement.

• Islande

Moins d'une semaine après avoir réintroduit des mesures contre le Covid-19, l'Islande va renforcer son dispositif, dès minuit ce vendredi, face aux records d'infections des derniers jours.

Dans le détail, la limite des rassemblements publics est abaissée de 500 à 50, la jauge dans les piscines et salles de sport est désormais fixée à 75% de la capacité maximale et l'horaire d'ouverture des bars, restaurants et discothèques est écourtée d'une heure supplémentaire, avec une fermeture à 22 heures.

En vigueur pour au moins trois semaines, ces mesures sont les plus contraignantes depuis mai.

• Grèce

Début novembre, l'Organisme national de la santé publique grec (Eody) avait annoncé de nouvelles mesures pour endiguer la pandémie. Jusqu'à alors, le pass sanitaire n'était obligatoire que dans les espaces clos. Désormais, il l'est pour accéder aux restaurants et aux cafés en plein air.

• Hongrie

À la fin du mois d'octobre, le gouvernement hongrois - où la situation ne cesse avait de se détériorer, à l'instar du reste de l'Euorpe de l'Est - avait ouvert la voie à la vaccination obligatoire des salariés et des fonctionnaires, alors que le nombre de contaminations au Covid-19 atteignait des niveaux inédits depuis le printemps.

"Les entreprises peuvent désormais exiger la vaccination du personnel", avait annoncé lors d'une conférence de presse Gergely Gulyas, chef de cabinet du Premier ministre souverainiste Viktor Orban.

Les réfractaires "devront être placés en congé sans solde et pourront être licenciés au bout d'un an" et "le gouvernement, en tant qu'employeur", va lui-même donner l'exemple, a-t-il précisé, invitant les autorités locales à faire de même. Le port du masque est par ailleurs redevenu obligatoire dans les transports en commun depuis le 1er novembre.

• République Tchèque

En République Tchèque, un durcissement des contrôles et des restrictions sanitaires a été décidé fin octobre.

Ainsi, depuis le 25 octobre, le port du masque à l'intérieur est obligatoire, y compris sur les lieux de travail et depuis le 1er novembre, les restaurants, les clubs et les discothèques devront vérifier les certificats de vaccination, les tests ou les preuves de guérison de leurs clients.

Depuis la même date, la durée de validité des tests a été réduite et ces derniers sont devenus payants, pour encourager la population à se faire vacciner.

• Russie

C'est le pays de l'Europe de l'Est où la situation est sûrement la plus alarmante. La Russie a repris une vie normale ce lundi après une semaine chômée nationale décrétée par les autorités pour enrayer la propagation du coronavirus, alors que le pays continue d'enregistrer des dizaines de milliers de nouvelles contagions et plus de mille morts chaque jour.

Le président Vladimir Poutine avait décrété une période chômée du 30 octobre au 7 novembre pour briser les chaînes de contaminations dans le pays, le plus endeuillé d'Europe.

La majorité des régions russes ont décidé de ne pas prolonger ces mesures et seules quelques-unes, parmi lesquelles celle de Novgorod (Nord-Ouest) ou encore de Tomsk (Sibérie), ont opté pour une prolongation d'environ une semaine.

876450610001_6280425203001

• Lettonie

Submergé par les cas de Covid-19, la Lettonie a déclaré, le 1er novembre, un état d'urgence sanitaire de trois mois.

D'après les nouvelles mesures de restrictions, le masque devient obligatoire dans tous les édifices ouverts au public, et tout employé du domaine public devra être vacciné au 15 novembre.

Les personnes non vaccinées ne seront autorisées à acheter leurs aliments et d'autres articles de première nécessité que dans des magasins indiqués et seuls les magasins considérés comme essentiels seront autorisés à ouvrir le week-end. Tous les Lettons sont encouragés à pratiquer le télétravail quand il est possible.

"Je vous demande de ne pas vous rassembler, ne pas vous rendre visite et de réduire vos contacts", a écrit le Premier ministre Krisjans Karins sur Twitter.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles