Confinement : le traumatisme des seniors face à l'isolement

Le parc de sa maison de retraite a été le seul exutoire de Suzanne Le Dü, 91 ans, durant le confinement. Comme beaucoup d'autres seniors, la pandémie l'a isolée. "Je me suis sentie comme une condamnée. C'était la prison. Je ne pouvais pas aller dans le couloir. On m'apportait mes repas matin, midi et soir. Un plateau, pas d'échanges, rien. Ça a été l'horreur", confie-t-elle, émue, au micro de France 3. L'isolement des personnes âgées peut avoir des conséquences tangibles, notamment le syndrome dit "du glissement" : une perte d'envie, une volonté de se laisser aller, de ne plus se nourrir ou de ne plus marcher. Priorité au maintien du lien social Maintenir un lien social devient primordial pour aider ces personnes. D'autant que l'isolement ne touche pas que les résidents en Ehpad ou en maison de retraite", alerte Yann Lasnier, délégué général des Petits Frères des Pauvres. L'association, avec deux autres partenaires, a lancé une initiative, "Paris en compagnie", pour encourager la mobilité des personnes âgées et lutter contre leur isolement.