Confinement : la solitude met les seniors en danger

Confinement : la solitude met les seniors en danger

Les seniors sont victimes de la solitude liée au confinement. Chutes, baisse des visites, sorties, autant de conséquences pour les 12 millions de personnes âgées qui vivent toujours chez elles.

Depuis 51 jours, les Français vivent confinés pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Un isolement imposé à toute la population. Au mois d’avril, des professionnels de santé de la plateforme Ergocall ont contacté 2 000 personnes de plus de 65 ans lors des semaines 4 et 5 de confinement pour savoir comment eux vivent cette situation inédite. Grâce à un questionnaire téléphonique, les ergothérapeutes se sont intéressés aux 12 millions de seniors potentiellement en danger lors de ce confinement. Actuellement, 94,5% des 65 ans et plus vivent chez eux et ne sont pas pris en charge dans un établissement. “Ils étaient enthousiastes qu'on les appelle, pour une fois que quelqu'un pensait à eux. Sur les 2000 personnes que nous avons eues au téléphone, je n'aurais jamais cru qu'ils seraient si nombreux à être totalement seuls”, assure Audrey Stervinou, qui fait partie de l'équipe de 70 ergothérapeutes mobilisés, citée par Le Parisien.

Des seniors angoissés

Si le maintien à domicile pendant toute la durée du confinement peut être perçue comme une sécurité, la réalité des personnes âgées est tout autre. En effet, 50% des sondés évoquent des difficultés physiques et 38% ont même été victimes de chutes dernièrement. Parmi ceux qui sont tombés, 77% affirment que cette chute s’est produite au sein du domicile.

Au quotidien, 68% des seniors continuent de sortir plusieurs fois par semaine pour rompre l’isolement. Ainsi, ils sont 55% à aller faire les courses, 32% à faire les courses et se promener. Les seniors confinés ne reçoivent pas l’aide à domicile dont ils ont besoin au quotidien. Ils sont 41% à ne plus voir personne et 50% à avoir moins de visites. Fait alarmant, 57% des seniors n’ont pas d’aidant professionnel et 34% des aidants professionnels ont été contraints de diminuer voire d’annuler leur passage au domicile. Un isolement qui pèse sur le moral des personnes confinées, 56% d’entre elles sont angoissées et redoutent la prolongation du confinement.