Confinement : les restaurateurs se mettent à la livraison

Livrer à domicile ou au bureau est un exercice inédit pour Catherine Delaunay, patronne de restaurant. "Je ne pensais jamais faire ça, admet-elle. Mais on n'a pas le choix, si on veut exister et continuer un peu à s'en sortir, il faut innover". Avec ses huit employés au chômage partiel en raison du reconfinement, la restauratrice n'a pas le choix : elle est aux fourneaux et se cherche également de la livraison. Pour elle, pas question de passer par les plateformes existantes. En cause : les marges suscitées.Un système de livraison indépendant, payé par le client "On pense que le service que l'on rend les vaut, et c'est bien pour cela que l'on prélève une commission", se défend Damien Steffan, porte-parole de Deliveroo. Pourtant, Pierre-Olivier Lenormand, restaurateur indépendant, ne veut pas non plus s'en remettre aux plateformes : il a mis en place son propre système de livraison, payé par le client. Un dispositif qui n'est pas encore rentable, avec seulement deux livraisons dans la semaine du lundi 9 novembre. Mais, pour le patron, c'est la seule façon de rester présent pendant le reconfinement.