Ce confinement radical qu’Emmanuel Macron pourrait annoncer mercredi soir

·1 min de lecture

Le président de la République réfléchirait à nouvelles mesures plus strictes alors que l’épidémie poursuit sa progression en France.

L’Hexagone va-t-il parvenir à échapper à reconfinement global ? Alors que l’épidémie de coronavirus continue de progresser en France, Emmanuel Macron n’exclut plus "dans les prochains jours et semaines" de "nouvelles mesures", révèle ce samedi 27 mars, Le Parisien. Alors que 19 départements de l’Hexagone sont désormais confinés et 24 autres placés en "vigilance renforcée", le chef de l’État a évoqué l'idée, le 25 mars, en marge du Conseil européen, laissant craindre une mise sous cloche stricte de la France.

"Si cela empire et s’homogénéise sur tout le territoire, il ne faut pas écarter l’idée d’un confinement de type printemps 2020", a confié au quotidien une source en haut lieu. Un conseiller de l’exécutif craint même un scénario plus dur : "Mercredi prochain [le 31 mars, ndlr], à la télévision, Emmanuel Macron pourrait annoncer la fermeture des écoles, entraînant le basculement massif des Français dans le télétravail. Tout dépendra en réalité des résultats du début de semaine".

Le gouvernement attend en effet les premiers résultats de sa stratégie "freiner sans enfermer" décidée le 18 mars dernier. Pour tenter d’éviter un reconfinement l’exécutif a également décidé de hausser le ton et de renforcer les contrôles ce week-end pour mieux faire respecter les mesures de confinement mises en œuvre pour 21 millions de Français. Ainsi, plus de 90.000 policiers et gendarmes sont mobilisés sur les péages, les gares et les aéroports pour verbaliser les contrevenants. Par ailleurs, le protocole (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :

L’inflation plus forte que prévu, en confinement, selon la Banque de France
Presque tous les touristes du monde peuvent désormais aller dans ce pays
Ce couple d'octogénaires menait un petit business juteux
Le déficit et la dette publique de la France explosent (et ce n’est pas fini)
Emmanuel Macron favorable à une relance européenne "plus vigoureuse"