Confinement : pas de réouverture possible avant le 1er décembre pour les commerces "non-essentiels"

Betsabé Valencia, la gérante d’un magasin spécialisé dans les mariages à Lille (Nord), n’a pas levé son rideau depuis deux semaines. Mais avec les dernières annonces de Jean Castex, jeudi 12 novembre, elle envisage une réouverture. Spécialisée dans les accessoires de mariage, la boutique vit une année noire, sans aucune perspective. "Les mariages d’été ont été annulés ou reportés", confie-t-elle. La moitié de la saison a été perdue et ne se rattrapera pas. Le loyer du mois de novembre pourrait être effacé Un salon de coiffure aménagé pour recevoir une cliente à la fois a dû fermer avec l’annonce du deuxième confinement. "On a peur de prendre les rendez-vous dès le 1er décembre, parce que si la date est reculée, c’est difficile pour nous de dire à nos clients 'on ne peut pas encore vous recevoir'", indique Laurence Lannoy, la gérante d’un salon de coiffure. Pour alléger les charges des commerçants restés fermés, le loyer du mois de novembre pourrait être effacé. Bercy annonce un crédit d’impôt relevé à 50 % pour les propriétaires qui joueront le jeu.