Confinement: des professionnels du bien-être bravent l’interdiction de travailler

Hugo Septier
·1 min de lecture
Dans le cadre du confinement la police française contrôle les automobilistes le 6 novembre 2020 à la frontière belge à Quievrechain  - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP
Dans le cadre du confinement la police française contrôle les automobilistes le 6 novembre 2020 à la frontière belge à Quievrechain - FRANCOIS LO PRESTI © 2019 AFP

Alors que la France achève sa deuxième semaine de reconfinement, décidé par l'exécutif en raison de la situation sanitaire qui s'est grandement dégradée en France ces derniers mois, certains Français ont pris la décision de ne pas respecter cette nouvelle quarantaine. C'est notamment le cas de professionnels du bien-être, forcés de poursuivre le travail sous peine de perdre leur activité.

"Je suis hors-la-loi"

C'est le cas de Marie, une esthéticienne rencontrée par BFMTV et qui poursuit ses rendez-vous avec plusieurs habituées.

"Aujourd’hui j’ai fait six clientes. Je ne prends que les clientes que je connais vraiment bien, elles ont mon numéro de portable", explique-t-elle.

Cette dernière est d'ailleurs forcée d'oeuvrer de manière extrêmement discrète afin de ne pas éveiller les soupçons.

"Le rideau est baissé, j’ai même krafté la vitrine pour ne pas qu’on puisse voir à l’intérieur. Là je suis hors-la-loi", assume-t-elle.

"Tout ce que je peux prendre, je le prends"

Son cas est pourtant loin d'être isolé. En quelques minutes sur internet, de nombreuses annonces de ce type sont accessibles et BFMTV est parvenu à contacter un masseur qui lui-aussi, est forcé de poursuivre son activité durant cette période de quarantaine.

"Moi je suis jeune, je suis marié, je touche le chômage ce qui est un petit revenu. Donc forcément tout ce que je peux prendre, je le prends. C’est la crise"; explique-t-il.

Malgré tout, les risques sont énormes pour ces professionnels. Pour cette poursuite d'activités, ils risquent en effet jusqu'à 135 euros d'amende et la fermeture définitive de leur établissement.

Article original publié sur BFMTV.com