Confinement : les policiers durcissent les contrôles

Depuis le 30 octobre, l’Hexagone a entamé un second confinement lié à la crise sanitaire. Si les premiers jours ont fait l’objet d’indulgence et de souplesse de la part des forces de l’ordre, la situation a bien changé depuis. À Paris, non loin de la porte Dauphine, la Police nationale a durci son action, lundi 2 novembre. Les policiers interrogent les conducteurs, y compris sur leur profession. "Il travaille à la RATP, il travaille de nuit et il a une attestation signée par son employeur", note Bertrand Delgery, commandant des opérations, en désignant un automobiliste. Des interpellations plus importantes Le déplacement professionnel est le principal motif de sortie des Français. Un motard n’a aucun souci à se plier aux nouvelles règles : "Je trouve ça normal. Cela ne me pose pas de problèmes. Je travaille, on me laisse travailler. Il y a des règles en France, il faut les appliquer." Toutefois, une femme, sortie pour imprimer des documents pour un entretien le lendemain, ne parvient pas à convaincre les policiers.