Confinement : peut-on présenter son justificatif de domicile sur son smartphone ?

·1 min de lecture

C’était attendu. Depuis le samedi 20 mars, 21 millions de Français sont reconfinés. Dans les 16 départements concernés, les déplacements sont cependant autorisés dans un rayon de 10 kilomètres autour de son domicile, et ce sans attestation. En cas de contrôle par les forces de l’ordre, un simple justificatif de domicile comme une pièce d’identité ou une facture suffit. Reste une question : faut-il présenter la version papier de ce justificatif, ou une photo de ce même document sur votre smartphone suffit-elle ?

Interrogé par Capital, le ministère de l’Intérieur est formel : un scan ou même une simple photo sur votre smartphone de votre pièce d’identité ou de votre justificatif, quel qu’il soit, vous couvre en cas de contrôle. Pour ce faire, munissez vous de votre smartphone et placez vous au-dessus de votre justificatif : avant de prendre la photo, vérifiez bien que le document entier est présent dans le cadre. Cette solution pourrait vous simplifier la vie, et vous permettre de vous déplacer autour de chez vous sans avoir à penser à emmener votre justificatif papier sur vous.

Pour rappel, votre carte d’identité ou votre passeport font foi, s’ils comportent votre adresse actuelle. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez opter pour n’importe quel autre justificatif de domicile : une facture de téléphone, d’électricité, de gaz ou d’eau, une quittance de loyer, un titre de propriété ou encore votre avis d’imposition. D’autres pièces sont également acceptées comme un justificatif de taxe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Covid-19 : 35 grands centres de vaccination déployés par l'armée et les pompiers
Tabac : joli coup de filet des douanes à Calais, gros manque à gagner pour les réseaux criminels
Italie : la campagne de vaccination vire au "désastre" en Lombardie, frappée de plein fouet par le covid-19
"La mondialisation ne recule pas : elle change de visage"
Pêche : risque de no deal entre le Royaume-Uni et l’UE, “encore d'énormes désaccords"