Confinement : les petits commerçants s'organisent pour limiter les pertes

Combattive, une commerçante parisienne a décidé de sortir son comptoir sur le trottoir. "On sait qu'on est un peu borderline, maintenant on a trouvé cette solution-là qui plait aux clients", confie Elisabeth Weil, responsable d'un magasin de jouets. À Yssingeaux (Haute-Loire), la priorité est aussi de garder le lien avec les clients pour une autre marchande de jouet. Faustine Epalle présente tous ses produits sur les réseaux sociaux et met en place un service afin que les clients puissent venir récupérer leurs achats. "Le drive, on le met en place tout de suite, on attend pas comme au premier confinement, on sait qu'on peut le faire parce qu'au premier confinement, on ne savait pas", explique-t-elle. Contrer les géants de l'e-commerce La solidarité s'organise à Besançon pour contrer les géants de l'e-commerce. Une plateforme locale, Teekers, rassemble les offres des magasins de la région. Le numérique pourra-t-il sauver les commerçants ? 1/3 seulement dispose d'un site Internet. 100 millions d'euros sont prévus dans le plan de relance pour les aider à s'équiper.